AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 heart on fire - 23.09, 10:00

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Kayser

PSEUDO :
aeroplane.

CRÉDITS :
cha.

NATIONALITÉ :
allemande.

Messages :
51


MessageSujet: heart on fire - 23.09, 10:00   Lun 21 Sep - 2:43

+ LODDE

Cette étrange sentiment d'appartenance, comme si après des mois et des mois de souffrance, je trouvais peu à peu ce qui était mien, ce qui m'était du, ce que l'on m'avait retiré. Je n'osais imaginais ceux qui vivaient la peine maximale, puisqu'à peine trois mois passés en cellule, et je sentais déjà mon âme être aspirée dans les méandres du néant. J'étais plus forte que ça, j'en avais conscience, et probablement aurais-je pu prétendre de ne rien ressentir jusqu'au bout. Pourtant j'avais choisi de participer à cette émission, et montrer à tout le monde que je n'étais pas sans remord, que je n'étais pas une gamine qui ne réfléchissait que par d'autres, préférant se cacher derrière des faits non assumés plutôt que de les affronter la tête haute. Retrouver les petites choses du quotidien n'avait pas de prix, et il était hors de question que je laisse quoi que ce soit me retirer ces avantages, non, plus jamais. Aussi après m'être réveillé dans ce lit qui changeait clairement la vision que j'avais d'une bonne nuit de sommeil, j'avais rabattu mes cheveux sur mon épaule gauche, attrapant mon kimono en voile long et léger venant étouffer ma nuisette alors que je me dirigeais vers la salle de bain, me plaçant face au miroir. C'était donc à ça que je ressemblais aujourd'hui. Evidemment, il y avait des miroirs en prison, mais je ne m'étais pas rendue compte du changement que quelques heures de sommeil en plus pouvait apporter à un visage. Aussi, je restais là de longues minutes, contemplant ce faciès que je ne reconnaissais qu'à peine, alors qu'un brun pénétrait finalement dans la pièce. « Peux-tu me dire si je suis belle ? » A vrai dire, ça n'était pas tant le fait d'être flatté que je recherchais, plus la confirmation que la femme qui se tenait devant moi était toute autre que celle que je voyais quotidiennement derrière les barreaux. J'avais besoin de cet aval pour être certaine de ressentir la différence entre ici et là bas.



    Emancipate yourselves from mental slavery, None but ourselves can free our minds. Have no fear for atomic energy, 'Cause none of them can stop the time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lodde

PSEUDO :
odoyá

CRÉDITS :
loulouklabest

NATIONALITÉ :
(IT)

Messages :
117


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: heart on fire - 23.09, 10:00   Lun 21 Sep - 15:34

Deuxième nuit passée depuis l'arrivée et il dort toujours aussi mal. C'est, qu'après tout, Lodde a toujours mal dormi en communauté. Enfant, il détestait les colonies, ces sorties camping dans les montagnes organisées par l'église. Outre l'enfer des prières, le moindre soupir trop fort l'empêchait tout bonnement de fermer les yeux. Aujourd'hui c'est pareil. La chaleur ambiante l'extirpe de son sommeil léger. Il se tourne une fois puis deux, profitant encore de la lourdeur de ses paupières closes.
Puis il abdique, lassé d'avance des heures qui vont passer avant qu'une présence mette fin à sa solitude. Lodde enfile un jean, un polo, de vieilles espadrilles. Il se frotte le visage, s'étire, sent son estomac grincer. Petit-déj, douche, exploration des alentours. Le programme qu'il s'impose paraît léger et évident, mais il serait temps de s'informer sur cette fameuse famille Dawkins. Rizzo doit dormir, Rizzo dort toujours beaucoup plus que lui. Ses pieds glissent sur le sol dans un soucis de silence. Autant pour lui que pour les autres, il vaut mieux ne pas perturber les rêves des endormis.

9h40 à la montre de la cuisine. Tartine de Nutella (plaisir retrouvé!) et café noir. Lodde parcourt des yeux un magazine posé par là. Il se fait un deal intérieur, au moindre bruit il déguerpit. Le matin est bien trop précieux pour s'emmerder avec une politesse forcée. C'est donc après deux cafés, trois tartines et une orange qu'il quitte la cuisine aussi propre qu'il l'a trouvée. Ses pieds sautillent sur les marches de marbre et comme chaque fois qu'il se retrouve au premier étage il est surpris par le spectacle du manoir qu'il surplombe. La poignée de la salle de bain lui lâche une petite décharge, il grince des dents. Ici pas de matons qui les surveillent aux douches. Simplement une fille, Kayser (c'est ce qu'il a retenu). Et cette question étrange. Grande, blonde-brune, les cheveux qui tombent sur ses épaules, Lodde la voit telle qu'elle est, sans maquillage et sans artifices offerts par la prod. Son visage est plutôt dur, mais "Oui, tu es belle", comme une femme au grand jour. Elle semble avoir quitté sa robe de détenue pour un visage sincère. Et Lodde n'a jamais eu vraiment de mal à exprimer la vérité. "On a plutôt tendance à se dire qu'on est horrible le matin, t'es la première femme qui me demande ça au lever", et ça le fait sourire.



mélange de noir avec le blanc,
jeu de reins, jeu de vilains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kayser

PSEUDO :
aeroplane.

CRÉDITS :
cha.

NATIONALITÉ :
allemande.

Messages :
51


MessageSujet: Re: heart on fire - 23.09, 10:00   Mar 22 Sep - 0:08

Ne pas se sentir comme ces autres jours était assurément la meilleure sensation que j'avais pu ressentir depuis un moment maintenant. Et le fait de l'entendre prononcer ces quelques mots me réchauffait un peu plus le coeur. Aussi, lorsqu'il reprenait en un sourire que j'étais la première femme à lui demander si j'étais belle le matin, alors que les autres préféraient se sentir horribles, je murmurais un petit « Je suis heureuse. » Oui, voilà, c'était tout ce qui comptait à mes yeux. J'étais heureuse et personne ne pourrait me retirer ma joie d'être ici, bien que j'avais encore du mal à réaliser que je venais probablement de faire un pas vers la liberté. La marche arrière m'était impossible. Moi qui n'étais pourtant pas bavarde, et qui n'aimais pas exprimée mes sentiments, je venais de le lui dire. J'étais heureuse. « Et puis je n'aime pas le maquillage. » J'étais l'une de ces gamines qui trouvaient qu'une femme sans maquillage était tout aussi belle qu'un homme. Je n'avais pas besoin d'artifice pour me sentir bien dans ma peau, non, même si cela devait certainement être du à mon visage si particulier. Mes yeux clairs n'étaient jamais cernés de noir, et mes lèvres jamais de rouge ou de brun. Mes pommettes, elles, restaient aussi claires que la neige. C'était ainsi. Je m'étais simplement permise une petite fantaisie en arrivant ici, teindre mes cheveux. Ça m'allait plutôt bien. « J'aimerais bien croire que je suis un prototype 2.0 de moi-même ici, et que cette version n'accepte que le bonheur. » Mais c'était peut-être un peu trop naïf de penser cela. Après tout, pour le moment, rien ne m'avait laissé penser le contraire. Me retournant finalement, je jaugeais de mes yeux océans le jeune homme. « Toi aussi tu es beau ce matin. » lui retournais-je donc des plus simplement, parce qu'il le savait, mais aussi parce que je le pensais. Ses lèvres trop gonflées, ses yeux trop ronds, son menton trop étroit. Il était beau à sa façon, c'est tout ce qu'il y avait à retenir.



    Emancipate yourselves from mental slavery, None but ourselves can free our minds. Have no fear for atomic energy, 'Cause none of them can stop the time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lodde

PSEUDO :
odoyá

CRÉDITS :
loulouklabest

NATIONALITÉ :
(IT)

Messages :
117


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: heart on fire - 23.09, 10:00   Mar 22 Sep - 15:00

Kayser. Peut-être la première à dévoiler honnêtement une part de sa personne. "Tu n'es pas comme les autres", il ajoute. Pas à cause du maquillage ou de ces conneries. C'est sa voix qui révèle quelque chose de plus. Lodde se demande si tout ça n'est pas une stratégie. Le monde les pousse à se méfier (et il est un peu méfiant de nature, soyons clairs). Jusqu'ici il n'a discuté qu'avec des poupées de cire au ton sec et aux mots calculés. Sourire d'un centimètre max au coin de la lèvre droite, lèvres pincées et yeux critiques. Alors Kayser, dans sa spontanéité du matin, le surprend pas mal. Il se dit qu'effectivement, elle est belle. Ce n'est pas sa nature d'italien prêt à mettre sur un piédestal les femmes qui lui fait dire ça. "Moi non plus", le maquillage. Il n'a jamais aimé quand Rizzo s'en barbouillait le visage le matin. Il n'a jamais vraiment aimé la voir couverte de ce masque de semblant, sur les défilés. Alors oui, elle était belle, mais avec ce maquillage elle appartenait au monde. Au naturel elle n'appartenait qu'à elle-même (et un peu à lui). "Rien ne t'en empêche" il ajoute en se mordillant la lèvre "Il faut juste que tu te protèges", son simple sourire s'efface un peu "Les personnes sont jalouses. Encore plus jalouses d'une femme heureuse". C'est cette société actuelle qui les pousse à se comparer constamment les uns aux autres. A vouloir être ce que l'on n'est pas. Se dénaturer, s'oublier dans les dogmes dictés par la télévision. Lodde sourit, parce que ça faisait un moment qu'il n'entend pas cette phrase venir de quelqu'un d'autre, ni Rizzo, ni sa mère. Il fait un petit hochement, ce genre de geste qui veut dire merci. "C'est le Nutella, ça éveille la beauté", clin d'oeil, secret dévoilé.



mélange de noir avec le blanc,
jeu de reins, jeu de vilains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: heart on fire - 23.09, 10:00   

Revenir en haut Aller en bas
 
heart on fire - 23.09, 10:00
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MURDER HOUSE :: MANOIR DAWKINS - PREMIER :: La salle de douches-