AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 ◇ prime d'ouverture (20/09).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar


PSEUDO :
lazy raccoon.

AVATAR :
serinda swan.

CRÉDITS :
glass skin.

NATIONALITÉ :
anglaise.

Messages :
154


MessageSujet: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:01



Bonsoir à tous chers téléspectateurs, nous espérons que vous êtes confortablement installés dans votre fauteuil afin de profiter pleinement de notre nouveau programme ! Nous vous avons fait miroiter pendant des semaines du suspense, de l'intrigue, du mystère et du sensationnel, c'est ce soir que tout commence pour l'aventure Murder House !

Le Manoir Dawkins est prêt à recevoir ses invités, la production a été briefée, les détenus ne sont qu'à deux pas de fouler le sol du manoir, nous n'attendons plus que vous pour plonger avec nous dans ce nouveau jeu inédit !

Ils ont tous commis un crime, ils émettent tous le souhait de se racheter envers la société et tous, je dis bien tous, voient le jeu comme une opportunité en or de réintégrer la société sans purger la fin de leur peine ! Cependant, comme vous le savez, seul un candidat le méritera, au terme de ces quelques semaines de compétition.

Ils seront dans ce manoir, à la merci du Lord Dawkins et de son mystère familial, mais pas seulement. Ils devront aussi, de leur côté, rester sur leurs gardes pour garder à tout prix secret leur casier judiciaire, leur secret personnel, leur passé, leur crime.

Mais avant de découvrir les profils de nos premiers résidents, il y a quelqu'un qui trépigne d'impatience de se présenter...

HJ : Les présentateurs sont sur un plateau dans les studios de la production, quant aux résidents et résidentes du manoir, ils arrivent par fourgon dans la propriété du manoir et entrent dans celui-ci pour y rejoindre le grand hall d'entrée, seule pièce accessible jusqu'alors. L'entrée du manoir est illuminée par une allée de bougies pour rejoindre la porte d'entrée et s'engouffrer dans le grand hall. Pour plus de facilité, tout le monde postera ici mais les présentateurs ne sont en aucun cas physiquement avec les résidents, leur image est cependant retransmise dans le grand hall d'entrée.

Vous pouvez seulement poster votre post d'entrée dans le manoir lorsque la tête de votre personnage apparaît à l'écran et que votre personnage est présenté.
© MURDER HOUSE, ALL RIGHTS RESERVED




    ~ my heart don't understand
    why i got you on my mind. ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lord Dawkins

PSEUDO :
lazy raccoon.

AVATAR :
leonardo dicaprio.

CRÉDITS :
thanatos.

NATIONALITÉ :
anglais.

Messages :
86


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:08


Bonsoir, bonsoir à tous...

Vous m'avez reconnu, je suis Lord James Dawkins, l'instigateur de ce jeu. Si j'apparais ce soir, c'est tout d'abord pour saluer l'ensemble des téléspectateurs mais surtout et pas des moindres, souhaiter la bienvenue aux résidents qui vont fouler le carrelage du manoir, de mon manoir...

Chers résidents, il ne m'apparaît pas utile de vous rappeler ce pourquoi vous êtes ici. Vous êtes ici pour vous racheter suite à votre mauvaise conduite, certes, mais vous êtes aussi ici pour percer le mystère du manoir Dawkins. Vous seriez d'ailleurs bien surpris de découvrir que ce mystère sera loin d'être le seul à l'intérieur du manoir...

- RAPPEL VIDÉO -

Le manoir Dawkins cache de nombreux mystères et renferme des souvenirs et drames familiaux n'étant jamais remontés à la surface jusqu'à ce jour. Pourtant, la famille Dawkins était une des grandes familles anglaises à être dans le collimateur de la presse à potins et nombreux étaient les fouineurs à vouloir dégoter des informations croustillantes sur les scènes familiales qui se déroulaient au sein du manoir. Mais la famille Dawkins est loin d'être stupide et savait manier l'outil de la presse avec excellence ; seuls les scandales nécessaires à faire parler d'eux dans un but précis et calculé sortaient des murs du manoir, pour le reste, les médias soupçonnaient beaucoup de choses mais ne savaient strictement rien. La réputation et les histoires sordides des Dawkins se sont donc créées sur base de spéculations incertaines et personne n'a jamais vraiment été capable de démêler le vrai du faux. Outre les petits accrochages familiaux récurrents, une affaire a pourtant échappé à la règle du secret familial des Dawkins. Cette affaire était bien trop énorme et trop surprenante pour que les Dawkins aient le temps de contrôler sa portée. Theodore Dawkins, premier du nom, était bien trop bouleversé pour avoir les idées claires afin de maintenir le silence de toute sa famille et repousser les attaques incessantes de la presse. Cette tragédie porte un nom : Joan Dawkins. L'évènement improbable et lugubre qui a ébranlé tout le clan Dawkins n'est autre que la disparition de Joan, petite-fille chérie de Theodore. Disparue, envolée. Comme par magie. Dès l'annonce de la disparition, la presse a déclenché un brouhaha énorme mais dans les jours proches qui suivirent, toute l'animosité s'effaça d'un coup. C'était presque comme si cela n'était jamais arrivé, comme si tout le monde avait fait table rase de la tragédie seulement quelques jours plus tard. On omettait tellement d'en parler que, quelques semaines plus tard, c'était presque oublié pour le commun des mortels. Seuls les membres du clan Dawkins connaissaient le fin mot de l'histoire sordide et il n'est même pas certain que tous étaient au courant de l'ensemble de la vérité. James Dawkins, dernier membre du clan encore en vie, connait la vérité. Il l'a remise aux mains de la production et c'est ainsi que les candidats résidents devront résoudre ce mystère, étape par étape, dans les règles de l'art souhaitées par le Lord himself. Après tout, c'est à lui que revient de choisir comment révéler la vérité.

Pour l'instant, le mystère reste entier. Des suspects ont bel et bien été identifiés mais c'est encore beaucoup trop tôt pour savoir qui accuser. Vous en apprendrez plus sur la manière dont vous devrez mener l'enquête plus tard.

En attendant, je vous souhaite une belle soirée entre les mains de cette charmante Arabella qui va vous annoncer les noms des quatre premiers détenus à rejoindre nos rangs...

© MURDER HOUSE, ALL RIGHTS RESERVED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://murderhouse.forumgratuit.be
avatar


PSEUDO :
lazy raccoon.

AVATAR :
serinda swan.

CRÉDITS :
glass skin.

NATIONALITÉ :
anglaise.

Messages :
154


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:14





NOM : lodde.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : vingt-trois ans.
SEXE : masculin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : Dix-sept novembre. LIEU DE NAISSANCE : Alghero, Sardegna, Italia. NATIONALITÉ : italienne. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : 47 via Giuseppe Garibaldi, Alghero (SS), Italia. ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuel. ÉTAT CIVIL : célibataire. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : Fortezza Medicea, prigione di Volterra (Toscana), IT. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : un an, sept mois et vingt-et-un jours. SITUATION FAMILIALE : des parents, une soeur, rien de plus rien de moins. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 1.





NOM : monrose.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : vingt-trois ans.
SEXE : féminin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : Le onze avril. LIEU DE NAISSANCE : Pointe-à-pitre, Guadeloupe, France. NATIONALITÉ : Française. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : Fleury-Mérogis, Essonne, France. ORIENTATION SEXUELLE : Plusriensexuelle, ou on peut dire bisexuelle. ÉTAT CIVIL : Célibataire. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : En tout cinq ans. SITUATION FAMILIALE : Situation éclatée. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 2, mais qui se soigne.





NOM : sergueïev.
PRÉNOM(S) :  inconnu.
ÂGE : vingt-quatre ans.
SEXE :  féminin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE :  le 28 décembre LIEU DE NAISSANCE : Kazan, Russie. NATIONALITÉ :  Russe. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : Paris ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle. ÉTAT CIVIL :  Mariée  ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : La Maison d’arrêt de Versailles. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ :  Trois mois et demi. SITUATION FAMILIALE : Deux parents, une sœur ainée et un mari. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 0.





NOM : debussy.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : dix-neuf ans.
SEXE : féminin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : 6 juin. LIEU DE NAISSANCE : Aiguèze, France. NATIONALITÉ : Française. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : 15 rue Esquermoise. ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle. ÉTAT CIVIL : Célibataire. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : Centre pénitentiaire de Nantes. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : Un an et demi. SITUATION FAMILIALE : La gamine a une petite soeur de sept ans sa cadette ainsi qu'un beau-père et une mère aimants. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 2.




    ~ my heart don't understand
    why i got you on my mind. ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lodde

PSEUDO :
odoyá

CRÉDITS :
loulouklabest

NATIONALITÉ :
(IT)

Messages :
117


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:21

Les matons avaient dit à Lodde de récupérer ses quelques affaires et de remplir son baluchon. Porter des vêtements de civil pour la première fois depuis un an et demi s’était avéré curieusement dérangeant. Adios le jogging trop large et le tshirt rêche en coton délavé. Le jean s’était avéré trop étroit, sa chemise trop étriquée. En un an et demi, perdu dans les couloirs gris de la prison, il avait pu se faire du muscle. Le voyage en avion (son deuxième) de l’aéroport de Pise à celui de Londres s’était, lui aussi, avéré désagréable. Ce n’était pas forcément la compagnie encombrante des deux agents autours de lui qui rendait l’expérience déplaisante, mais surtout les perturbations dans les airs qui lui avaient fait vivre des sueurs froides. Dai, è quasi finito, se disait-il. De là, les heures s’étaient enchaînées.

Dans les studios de la prod on lui avait sorti de beaux costumes. De quoi rendre fou l’italien tatillon. Des marques et encore des marques. Il avait fini par choisir le look all black, normcore as fuck et le contrebalancer par une veste plus relax. Sa principale inquiétude, chemin faisant, étant principalement de savoir si elle avait également été retenue. Leur décision avait été prise via lettres, mais la correspondance s’était un jour brusquement interrompue. Plus de messages entre détenus. Fini, ciao. Décision des grands chefs. Lodde s’était plaint, de son plus bel italien, mais rien n’y avait fait. Il avait demandé à sa mère de lui envoyer une lettre, de lui dire qu’il avait bien passé l’entrevue. Mais pas de nouvelles. Silence radio.
A l’époque, quand il avait mis ses pieds dans la prison, il avait ressenti une certaine appréhension. Qui seraient ces autres détenus, ces gars dont on parlait parfois à la televisione. Ceux-là même qui partageraient son même espace vital. Aujourd’hui, même sensation. Pourtant l’expérience avait eu l’occasion de l’endurcir. Lodde, entend-il. Détenu Lodde ? C’est toujours lui. Il a envie d’une cigarette, d’un verre d’alcool clandestin. Il se lève, avance, les épaules carrées et le dos bien droit. Sa mâchoire saillante bien rasée, son teint hâlé et ses cheveux gominés en arrière, on pourrait le prendre pour un gamin s’il n’avait pas la carrure d’un athlète. Ils sont quatre à embarquer sur ce foutu fourgon. Trois filles. Et elle n’est pas là. Alors il souffle un coup et observe du coin de l’œil les trois qui partageront son chemin jusqu’au manoir. Mamma mia. La nuit tombe, le ciel s’assombrit et le paysage défile derrière la vitre teintée. Pour la première fois depuis le début de sa détention, il sent cette euphorie de liberté. Comme lors des voyages en voiture de fin de soirée, quand on est jeune et saoul, quand on a la sensation que rien ne peut nous atteindre, quand les ailes ne se sont pas encore brûlées.

Et le fourgon s’arrête, tourne dans une allée. Des scintillements y font resplendir un manoir qui oscille entre le sinistre et majestueux lorsque les portes du carrosse leur sont ouvertes. Lodde les laisse sortir, ajuste sa veste et pose un pied sur ce terrain de liberté. Quelques pas les séparent du hall et c’est dans la lumière du marbre blanc qu’il conçoit enfin de hocher la tête pour saluer les autres participantes.



mélange de noir avec le blanc,
jeu de reins, jeu de vilains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PSEUDO :
lazy raccoon.

AVATAR :
serinda swan.

CRÉDITS :
glass skin.

NATIONALITÉ :
anglaise.

Messages :
154


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:22








Alors que nos quatre premiers détenus arrivent à l'entrée du manoir et inaugurent ce manoir restauré en faisant leurs premiers pas dans le hall d'entrée, il est temps de découvrir en vidéo le manoir dans lequel ils vivront en communauté pendant de nombreuses semaines !

Une chose est sûre, on ne peut pas nier qu'ils trouveront cela plus commode que leur cellule, n'est-ce pas ? Accueillons tout de suite les quatre prochains résidents avant de laisser place à mon cher collègue Yanis...
© MURDER HOUSE, ALL RIGHTS RESERVED




    ~ my heart don't understand
    why i got you on my mind. ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PSEUDO :
lazy raccoon.

AVATAR :
serinda swan.

CRÉDITS :
glass skin.

NATIONALITÉ :
anglaise.

Messages :
154


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:30





NOM : fuertes.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : trente-sept ans.
SEXE : féminin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : Un 2 juillet. LIEU DE NAISSANCE : San Juan à Puerto Rico. NATIONALITÉ : Latine-américaine. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : Hors de prison, son domicile se situe du côté de Hackney à Londres. ORIENTATION SEXUELLE : Elle a toujours été étiquetée comme hétérosexuelle mais a découvert les plaisirs de la chaire féminine en prison. ÉTAT CIVIL : Veuve. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : Prison de Wandsworth en Angleterre. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : Quatre ans. SITUATION FAMILIALE : Elle est la dernière d'une fratrie de trois garçons et née de parents purement sud-américains tous les deux. Elle n'a pas eu la chance d'être maman puisque stérile à la suite d'une vilaine blessure. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : A été considérée comme niveau 4 à son entrée dans le circuit carcéral mais vient d'être récemment rétrogradée au niveau 2 suite à un traitement médicamenteux et une bonne supervision psychologique.





NOM : kennedy.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : vingt-six ans.
SEXE : masculin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : décembre, 11. LIEU DE NAISSANCE : cork, république d'irlande. NATIONALITÉ : irlandaise. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : belfast, irlande du nord. ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuelle. ÉTAT CIVIL : marié. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : maghaberry prison, irlande du nord, royaume-uni DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : treize mois. SITUATION FAMILIALE : enfance passée avec ses deux parents, trois frères et une sœur, ainé de la famille. Actuellement marié avec un fils âgé de cinq ans. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 3 = violent.





NOM : rizzo.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : vingt-trois ans.
SEXE : féminin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : 13 novembre. LIEU DE NAISSANCE : Londres, UK. NATIONALITÉ : anglaise et italienne. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : 47 via Giuseppe Garibaldi, Alghero (Sassari), Sardegna. ORIENTATION SEXUELLE : pansexuelle. ÉTAT CIVIL : célibataire. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : Nuovo Carcere di Sassari, Bancali, Sardegna. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : un an et demi. SITUATION FAMILIALE : adoptée par sa tante, parents inconnus. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 1.





NOM : laeddis.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : trente-deux ans.
SEXE : masculin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : deux février. LIEU DE NAISSANCE : bristol, angleterre. NATIONALITÉ : britannique. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : 15e arrondissement, Paris. ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuel. ÉTAT CIVIL : en concubinage. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : HMP Bristol, Royaume-Uni. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : un an et deux mois. SITUATION FAMILIALE : parents vivants, frère décédé depuis plus de deux ans, belle soeur incarcérée, neveu en bas âge à la charge de ses grands-parents. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ :1.






    ~ my heart don't understand
    why i got you on my mind. ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Laeddis

PSEUDO :
caribou

AVATAR :
boyd holbrook

CRÉDITS :
babine

NATIONALITÉ :
britannique

Messages :
59


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:31

Tout son corps fourmillait depuis qu'il savait. Il sentait des picotements réguliers au niveau de ses bras, au niveau de ses jambes. Il avait eu du mal à dormir la nuit. C'était un mélange d'excitation, de peur et d'anticipation anxieuse. Il avait autant envie de sortir que de rester dans sa cellule. Au bout de plus d'un an de détention, il en venait à se demander comment se comporter à l'expérience. La seule chose rassurante, bizarrement, était de savoir que les personnes qu'il allait rencontrer étaient elles aussi des anciens détenus. Pas qu'il se sente particulièrement lié avec toute personne ayant connu la prison, mais il se disait qu'ils auraient tous le même souci de s'intégrer à un autre groupe, un autre environnement après leur enfermement. Il se rendait compte aussi qu'il n'avait pas assez pensé à l'après prison, et maintenant que la chose se précipitait, tout cela semblait arriver trop vite. Il était un peu perdu pour la deuxième fois de sa vie. Lui, conquérant et téméraire, se retrouvait à trembler un peu dans son costume deux pièces bleu gris qu'il remplissait difficilement. Il était désormais en dehors de la prison, et il tentait en vain de remettre ses cheveux en place après avoir passer une énième fois sa main dedans. Tout ce fourmillement intérieur l'accabla dans la fourgon qui les amenaient, lui et d'autres. Il les dévisagea, il ne savait pas trop quoi penser de ces nouvelles têtes. Il avait bien quelques jugements, mais se contenta d'observer et de garder tout pour lui. Puis il fallut sortir du fourgon pour rejoindre les autres. Il respira fortement, un visage familier en tête pour lui redonner une certaine contenance, et il s'engagea enfin dans la demeure, un sourire aux lèvres. Il savait encore donner le change et faire jouer les apparences. Il ne laissa rien voir à ses nouveaux colocataires. Il poussa la chose jusqu'à mettre ses mains dans ses poches dans une attitude décontractée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sergueïev

PSEUDO :
la brindille.

AVATAR :
dasha.

CRÉDITS :
alaska

NATIONALITÉ :
russe.

Messages :
54


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:32

J’attends avec une certaine envie que l’on me conduise dans les studios de la production. Il faut dire que je suis aussi sage qu’une image, je n’ai décoché que quelques mots à ceux qui m’encadrent, non pas par snobisme comme ils s’imaginent, mais par économie de salive. Il y a un monde entre les deux. Cela ne m’empêche pas d’être sur le qui-vive, enregistrant le moindre détail, geste de mon entourage. On finit par m’amener à l’endroit voulu. D’un vieux réflexe stupide, mes prunelles se braquent sur mon poignet nu pour savoir combien il nous reste avant le rush. Une penderie indécemment gigantesque est à ma disposition. J’écarquille mes yeux pendant une poignée de secondes. Je n’ai absolument aucun style prédéfini surement parce que ma silhouette plate d’adolescente ne se prête pas facilement aux vagues capricieuses de la mode. J’ai souvent l’air d’une gamine de seize ans qui essaie les vêtements de sa mère. Je fais d’ailleurs semblant de ne pas entendre les plaintes de mon styliste face à ma quasi absence de formes. Je rentre aisément dans tous les vêtements mais rien ne me va. Au contraire, j’étire sur mes pulpeuses un sourire aussi brillant que railleur. D’un geste vague, je lui laisse l’honneur de choisir ma tenue parce que je n’ai aucun goût. J’enfile sans broncher les vêtements sombres qu’il me tend à regret. Une combinaison proche du corps aussi sombre que la nuit. Je passe par la case cheveux et ravalement de façade où je suis sensée laisser mon minois entre leurs doigts de fée. Mais je n’ai pas non plus envie de rentrer dans le cliché de la pute russe. Ça serait trop facile. Alors mes prunelles océans se permettent sans trop de gène de scruter leurs gestes, histoire de mettre la pression. Je les laisse accentuer mes yeux de biches et on adopte pour ma coiffure sauvage habituelle, mes cheveux tombant en vague douce au milieu de mon dos. J’enfile des escarpins et me laisse conduire avec ma pseudo dignité jusqu’à un fourgon. Les choses sérieuses commencent. Je ne suis même pas pressée de découvrir les gueules qui vont agresser mes rétines chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde que durera mon aventure. Je relativise en me disant que ce ne peut pas être pire que ce que j’avais avant. Je ne suis stressée, ni impatiente parce que j’ai la profonde certitude que je fais partie de la poignée d’élus qui fait cette émission. Mon entrée viendra rapidement. Un rictus vaguement désabusé fait son apparition sur mon minois de poupée fragile alors que je repère très rapidement l’entrée du manoir. J’aligne quelques pas dans cette direction, de ma démarche aérienne. Je jette un coup d’œil presque accueillant à mes compagnons, toujours les lèvres scellées.

+ tenue





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Monrose

PSEUDO :
athaze

AVATAR :
jasmine sanders

CRÉDITS :
pigfarts is real

NATIONALITÉ :
gwada-française

Messages :
38


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:34

Monrose leur avait fait un petit doigt avant de partir, dernière provocation avant cette certaine libération. Elles disent qu’elle va revenir rapidement, qu’il ne sera pas question pour elle d’aller revoir les cousines au tier-quar. Elles n’ont juste pas compris qu’elle allait réellement en Angleterre, qu’elle n’a pas pris des cours d’anglais pour rien et qu’elle va devenir famous. Ce n’est pas forcément son ambition première, mais pourquoi pas ? Un dernier sourire adressé aux misquines et elle se barre. Menottes aux poignets, quatre agents à ses côtés. Elle se sent puissante, dangereuse, crainte. Elle aime ça, un peu. Ca la fait sourire. En fait il ne cherche pas à être discret puisqu’elle l’ouvre trop. Dans le fourgon, dans l’avion, jusqu’au soir même du grand jour, elle rêve à ce que sera cette nouvelle partie de vie : un truc badant, qui fera certainement tièp que ses vieilles tenues de taulardes et ses sales camarades détenue. Parce que s’ils sont comme elle… Ayant refusé de porter une robe trop classe, trop pas elle, elle choisit la plus sobre. Elle se laisse coiffer et maquiller, mais honnêtement elle corrige tout, parce qu’une mèche à droite c’est mieux qu’à gauche. Une bouche rouge, mieux qu’une bouche terne. Elle contrôle tout, jusqu’à sa place dans le fourgon jusqu’à son nouveau lieu de vie. Deux autres filles, un mec avec elle. Elle les fixe, par habitude. Elle sait qu’en temps normal c’est pour énerver les gens, mais là c’est plus par inconnu… Il faut dire qu’elle est aussi à l’aise avec l’anglais qu’avec les bonnes manières… Sortant du fourgon en toute première, elle ralenti l’allure de sa marche pour se retrouver à hauteur du mec (lodde). Elle ne sourit pas, ne prend pas la peine de lui adresser un mot, qu’elle prend son bras. Un contact comme ça, avec un mec, ça faisait longtemps que ça n’était pas arrivé… Mais c’est le cadre qui l’attire plus en ce moment. Un manoir quoi : si seulement on lui avait dit un jour qu’elle irait poser son cul dans un truc pareil, elle se serait marrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Yanis Bahri

PSEUDO :
odoyá

AVATAR :
brodinski

CRÉDITS :
submvrine

NATIONALITÉ :
français

Messages :
35


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:39



Hello UK ! Je me présente rapidement vu que je n'suis pas un gars de longs discours.

Pour vous je serai Yanis... Vous avez peut-être pu voir quelques unes de mes créas et graff' dans les zones industrielles au sud de Londres. Comme dans la vie de tous les jours mon rôle dans cette émission sera de photographier les instants. Je suis là pour décrypter les moindres gestes et expressions de nos sympathiques résidents. Sont-ils psychologiquement instables ? Cherchent-ils à se dissimuler ? Mais surtout, que cachent-ils ? Je veux les voir craquer, douter, s'affirmer. Seul le plus fort et déterminé sera capable d'atteindre le grand final, de s'affranchir de tous ses pêchés. Comment va se passer la cohabitation ? Le choc culturel ? Le mélange des ethnies ? C'est ce que je vous révèlerai dans ma rubrique d'analyse psychologique et comportementale. Alléchant, pas vrai ?

Allez... On m'indique que j'ai déjà trop parlé, à toi chère Bella, pour les nouveaux sélectionnés !
© MURDER HOUSE, ALL RIGHTS RESERVED



would have, could have
should have but did not
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fuertes

PSEUDO :
ALLY

AVATAR :
ZOE SALDANA

CRÉDITS :
HERJULIWII

NATIONALITÉ :
PUERTO-RICAN

Messages :
64


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:40

T’avais tenté parce que tu n’avais rien à perde en soi. T’avais tenté, espéré, presque. Pourtant ce n’était pas ton truc. La télévison, les émissions du style. Ca l’aurait même été, que tu doutais qu’on vienne choisir une femme de 37 ans dans les rangs de ce que tu devinais être une armée de petits gamins sexy … Et pourtant ! Le verdict était tombé. T’avais eu du mal à y croire et jusqu’à ce qu’on ne vienne te chercher le jour J pour rejoindre les quartiers d’une production grandiose, sous haute surveillance, tu pensais encore qu’une erreur avait pu être faite. Mais il n’y avait pas d’erreur. On était venu te sortir de ta cellule, on t’avait tendu le tiquet d’une aventure hors norme au potentiel libérateur. La case “sortie de prison” était ton seul objectif. Alors tu te laisses prendre au jeu, au tourbillon d’effervescence. C’est un peu de trop, trop rapidement. Mais tu gardes la tête haute, digne, comme toujours. En soi, tu trouverais presque tout ceci ridicule. Oui, ça l’était. C’était de la folie. Pure et simple. Le prix à payer pour l’éventualité de pouvoir tout recommencer à zéro. Tu sens les regards inquiets autour de toi. L’équipe a été brieffée, ça se sent. Ne pas juger, faire comme si de rien était. Mais la race humaine est plus complexe. Tu ignores si tous sont au courant de qui tu es mais cela t’amuse. Les tenues de créateurs défilent, les parures, les chaussures … Te voilà replongée dans un univers ayant été le tien par le passé. Tu te laisses glisser sur la vague et profites du plaisir intense. On te coiffe, te maquille. Ta féminité renait. Ta force aussi. Tu sens le petit chat dompté en toi vouloir rugir à nouveau comme une lionne.

Lorsque ton nom résonne et que ton visage s’affiche en grand sur les écrans, tu sais que c’est à toi. C’est un rêve, oui un putain de rêve, peut-être même un cauchemard … seul l’avenir te le dirait. Ignorante, tu scelles ton destin en acceptant de plonger la tête la première dans l’inconnu. Tu tournais les pages d’un nouveau chapitre de ta vie, celui où tu acceptais tacitement de te preter aux jeux d’une arène moderne …

Ainsi, après avoir été rejointe par trois candidats auxquels tu aurais pu donner le Bon Dieu sans confession, vous traversez lentement cette allée cernée de bougies et de caméras. Prenant instinctivement la tête du petit quatuor, tu pousses enfin la lourde porte du manoir. Ton coeur bat fort et vite. Ton regard se plante dans un décors tout droit sorti hors du temps, … très “hitchcockien” moderne. Tes talons claquent et résonnent dans le hall d’entrée marbré. Tu souffles doucement, redresses le visage et finis enfin par sourire. Que l’aventure commence … exprimes-tu à tes compagnons d’entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Rizzo

PSEUDO :
casseurs flowters.

AVATAR :
p. edwards.

CRÉDITS :
golders + anaëlle.

NATIONALITÉ :
anglaise & italienne.

Messages :
49


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:44

Ah. Rizzo lève son regard vers le ciel avec un petit sourire ravit, ici l'air est plus agréable à respirer que sous le soleil étouffant de Sassari. C'est étrange, c'est comme un retour aux sources, en fait. Mais la blonde ne s'attarde pas là-dessus, elle préfère plutôt penser à la chance qu'elle a de pouvoir participer à cette émission, de pouvoir se racheter ou quelle autre connerie encore ils ont essayés d'inventer, en fait. Rizzo espère juste pouvoir y retrouver sa tête préférée, celle qu'elle n'a pas revue depuis bien trop longtemps maintenant et qui commence à lui manquer. Alors, discrètement, la jolie blonde croise les doigts en entrant dans les bâtiments de la production, se laissant guider sans rien dire, observant silencieusement et notant quelques détails. Rizzo elle est mignonne, elle offre de grands sourires aux personnes autour d'elle, elle rit avec la styliste lorsqu'elle doit choisir sa tenue et partage même certaines astuces beauté avec le coiffeur. On ne dirait pas qu'elle est une prisonnière qui aimerait regagner la liberté. Et lorsqu'elle est prête, longue robe rouge et couronne tressée au rendez-vous, elle remercie ceux qui l'ont préparés et s'éloigne pour rejoindre les trois autres personnes qu'on lui montre de la main. Rizzo ne reconnaît personne, il n'y a pas de Lodde, elle se contente de sourire poliement aux  trois autres et retourne son regard vers le fourgon. Les portes s'ouvrent et on les invitent -enfin, disont ça- à entrer dedans. Rizzo monte et s'installe, elle regarde autour d'elle, les trois autres personnes et essayent de noter leurs têtes dans sa mémoire, ça peut toujours servir pour plus tard. Ca lui fait toujours un peu bizarre de savoir qu'elle a quitté les murs de la prison, que ça va être fini pendant un petit moment, que maintenant tout se joue ici. C'est terrible. Rizzo veut descendre de ce fourgon en fait, elle se sent à l'étroit, les trois autres personnes lui semblent fades, quelque part elle se dit que c'est l'appréhension qui joue. Finalement le véhicule s'arrête et elle en sort, après un blond (LAEDDIS), un peu en retrait, pour pouvoir observer autour d'elle. Le manoir est terrible. Un peu sinistre comme ça mais Rizzo voit son rêve de gosse lui balancer sous le nez. Un manoir pété de marbre et de chène massif, c'est exactement ça, ce qu'elle voulait. Ses yeux papillonnent un peu, elle entre dans le hall avec une certaine appréhension sans doute et essaye de ne pas trop y penser, elle préfère laisser son regard courir d'un mur à l'autre, un sourire ravit aux lèvres. Et puis son regard tombe sur les autres candidats, des filles pour la plupart, et puis, pas que, en fait. Il est là. Son prénom est à deux doigts de s'échapper de ses lèvres mais elle se rappelle de la règle première du jeu et le retient pour elle, ce sera leur secret. Et Rizzo s'approche un peu de Lodde, se retient peut-être de sauter partout ou d'exploser de joie, elle ne sait pas trop, il lui a beaucoup trop manqué. Il y a déjà une greluche à son bras mais Rizzo se contente de passer ses doigts dans le cou du brun, un sourire, elle se colle dans ses bras et le serre sans pouvoir dire un mot. Ca fait longtemps.
+tenue



change, change your life,
take it all
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PSEUDO :
lazy raccoon.

AVATAR :
serinda swan.

CRÉDITS :
glass skin.

NATIONALITÉ :
anglaise.

Messages :
154


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:47





NOM : haynes.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : vingt-quatre ans.
SEXE : féminin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : août, 14. LIEU DE NAISSANCE : Béal Feirste (Belfast), Irlande du nord. NATIONALITÉ : Irlandaise. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : Canterbury, comté de Kent chez son petit frère, Flynn. ORIENTATION SEXUELLE : Ne se prononce pas. ÉTAT CIVIL : Célibataire. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : East Sutton Park, comté de Kent, Angleterre. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : 7 ans. SITUATION FAMILIALE : Un petit frère de 20 ans, Flynn. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 0.





NOM : köhl.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : vingt-trois ans.
SEXE : féminin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : 13 Janvier. LIEU DE NAISSANCE : Berlin, Allemagne. NATIONALITÉ : Allemande. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : Avant mon départ pour la prison, je vivais à Berlin. ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuelle. ÉTAT CIVIL : Célibataire. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : Justizvollzugsanstalt Tegel à Berlin. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ :6 mois. SITUATION FAMILIALE : 2ème né d'une famille de 3 enfants. Ses frères et sœurs sont toujours en vie, mais ses parents sont morts lors d'un tragique accident.DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 1.





NOM : bellamy.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : vingt-deux ans.
SEXE : masculin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : dix-sept décembre. LIEU DE NAISSANCE : pregny-chambésy. NATIONALITÉ : suisse. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : quai des bergues 18, 1211 geneva, suisse. ORIENTATION SEXUELLE : pansexuel. ÉTAT CIVIL : en instance de divorce. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : centre pénitentiaire de bourg-en-bresse 20 chemin de la providence 01000 bourg-en-bresse.DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : un an. SITUATION FAMILIALE : père inconnu, mère injoignable, aucun frères et soeurs. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 1.





NOM : weiner.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : vingt ans.
SEXE : masculin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : 10 Novembre. LIEU DE NAISSANCE : Bristol, Angleterre. NATIONALITÉ : Anglaise. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : St Nicholas Street, Bristol. ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuel. ÉTAT CIVIL : Célibataire. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : HMP Bristol, Angleterre. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : 1 an et demi. SITUATION FAMILIALE : Fils unique, parents divorcés. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 0 = inoffensif.






    ~ my heart don't understand
    why i got you on my mind. ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kennedy

PSEUDO :
absolut blank

AVATAR :
david prat

CRÉDITS :
shouu

NATIONALITÉ :
irlandais

Messages :
18


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:53

Je sais pas quoi foutre. C’est con. Un échantillon de liberté et je ne sais plus comment on fait. C’est quoi le libre arbitre, déjà ? Trop plein d’options étouffantes en attendant que mon tour de faire mon entrée dans le jeu arrive. Les fringues, c’était la première épreuve. Première expérience foutant dans la merde le prisonnier abonné au même costume trois pièces du pauvre depuis plusieurs mois. Sweat à capuche, jogging et baskets de sport. Là, il y a du choix. Le luxe qui n’en est pas et peut-être que c’est con, mais j’ai choisi la pire tenue de bouffon pour l’occasion. Des bretelles, le nœud à papillon de rigueur quand on fait un pas en zone britannique. Mais c’est rien. Ouais Kennedy, t’as une tronche de bouffon, mais tout te va à toi. Il y a plusieurs masques pour plusieurs occasions. La télévision, c’est nouveau. Il faut avoir l’air gentil. Gentil, mais pas trop, le juste milieu, le curseur à pousser convenablement pour laisser des cuisses mouillées de l’autre côté de l’écran et susciter une soudaine envie de jouer au flic et au voleur chez des téléspectatrices abruties. C’est comme ça qu’on gagne. Ce n’est pas nécessairement le degré de rédemption qui compte, mais plus l’intérêt visuel qu’on occupe. Je me tourne les pouces, pourtant à l’aise. Trop peut-être à voir la manière dont je me suis affalé sur le fauteuil de la coiffeuse qui fait la gueule de l’autre côté de la pièce depuis que je l’ai éconduite sèchement. J’aime pas qu’on me touche. Ce ne sont que des cheveux, ouais, mais je regarde de loin la gueuse avec ses ongles manucurés prêts à écorcher la peau fine de ma nuque. Chatte de gouttière. Batarde. Inintéressante dans ma perception des choses. Ça bouge, ça se ramène pour m’embarquer dans un fourgon. Rien que ça, à défaut d’avoir des menottes accrochées aux poignets ou la combinaison orange pour correspondre à l’image mentale que se fait le commun des mortels à propos des détenus, il y a la caisse sous haute-surveillance qui rattrape le coup. Une fille, deux autres personnes à prendre en cours de route. Et sinon, personne ne parle ? Moi, je ne le ferais pas. Je l’ouvrirais pas en premier, parce que c’est trop d’efforts ou je ne sais pas. J’en sais rien, c’est con. Juste un rapport de force pourrit que je m’invente tout seul en cherchant à voir qui courbera l’échine en premier. La baraque, c’est aussi une bonne blague. Nouveaux clichés bourgeois avec buissons du jardin aussi bien taillés que celui d’une femme. Je glisse mes mains dans mes poches, évolue en silence parce qu’apparemment c’est ce qu’il faut faire. C’est bien. Le look Doctor Who, ça s’accorde bien avec l’architecture générale de la demeure. On rentre et il y en a enfin une qui daigne parler. La latine. Celle avec l’accent chantant, mais malheureusement pas le cul géographique correspondant. Rien à répondre à ça, ceci dit. A la place, je pose mes prunelles froides sur la gonzesse blonde qui s’échappe de notre quatuor de nazes pour retrouver un groupe encore plus minable. « Vous vous connaissez ? » je demande à voix haute en les regardant du même air égal que je leur sers à tous depuis le début. Sans déconner, si j’avais su qu’on pouvait emmener pute personnelle ou autres accessoires de compagnie, j’aurais géré mon inscription à l’émission différemment.

+ TENUE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PSEUDO :
casseurs flowters.

AVATAR :
n. grimshaw.

CRÉDITS :
louise la magnifique.

NATIONALITÉ :
100% british.

Messages :
15


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:54



Hiya Murder House !

Je suis Neptune Jones mais tout le monde me connaît sous le nom de Jonesy. Si, tout le monde me connaît, ne faîtes pas comme si, j’anime votre radio le matin lorsque vous allez au travail ou bien que vous décidez de traîner au lit.

Bon, ce n’est pas pour être super cool et beau à la télé qu’on me paye mais bien pour mener une chronique que je rédigerais avec soin chaque semaine. Je vais m’occuper de noter ce que chaque candidat de l’aventure fait, ses phrases cultes, ses faux-pas, ses fashion faux-pas surtout, c’est pas parce qu’on est prisonnier qu’il faut garder le style cheveux gras, hum, et puis qu’on soit clair, je suis surtout là pour repérer les beaux mecs et casser un peu tout le monde. Mais vous allez finir par m’aimer, et puis c’est bien pour résumer à ceux qui n’auront pas suivi, comme les moments drôles par exemple ou ce dont tout le monde s'en fout aussi mais que les candidats pensaient bon à partager. En fait… je rends service, voilà. Remerciez-moi !

Et puis maintenant je vais laisser la place à la belle Arabella pour vous parler de l'intriguante maison de la miséricorde. A toi, love !
© MURDER HOUSE, ALL RIGHTS RESERVED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Haynes

PSEUDO :
Moonriver

AVATAR :
nLindes

CRÉDITS :
twisted lips

NATIONALITÉ :
Irlandaise

Messages :
51


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:55

Haynes était perdue. Définitivement perdue dans le branle-bas de combat qui s’organisait autour d’elle, perdue dans les signaux de ces autres qu’elle captait tant bien que mal et perdue aussi dans la posture qu’elle devait adopter. Si Flynn était près d’elle, il comprendrait. Elle lui dirait qu’elle est 319 et il serrerait sa main pour l’apaiser. 3 pour l’angoisse, 1 pour le doute et 9 pour ce qui fourmillait dans son ventre et qu’elle ne connaissait pas encore : l’appréhension. l’excitation. Une promesse, celle de sa liberté presque retrouvée. C’est pour ça qu’elle essayait de toutes ses forces de se montrer à la hauteur, de cacher tout ce qui chez elle était dysfonctionnel juste pour ce soir. Parce qu’à la clef, il pouvait avoir la brise dans ses cheveux, l’odeur de la mer qu’elle aimait tant, les champs de fleurs sauvages et des étoiles brillantes, dans le ciel et les yeux. Pour beaucoup ce n’était qu’un jeu télévisé mais pour elle, c’était toute sa vie. Alors Haynes tâchait de passer inaperçue, d’aplanir ce qui la rendait bizarre et fantasque mais elle peinait. Un garçon lui demanda ce qu’elle aimait porter avec de grands gestes exubérants et elle vit là l’occasion de bien agir. Pourtant, elle la trouva incongrue sa question, presque aberrante. Depuis sept longues années, elle habitait en prison, vivant à l’intérieur d’un uniforme délavé qui ressemblait à une seconde peau alors à ce stade tout ce qui n’était pas ça lui semblait correct. Mais elle tut sa réflexion pour laisser sa voix guillerette et étrangement rauque s’élever. « J’aime bien… porter des shorts ou des jupes, des trucs trop grands, les couleurs et surtout le vert, les imprimés et les accessoires. Les bracelets qui font du bruit et les grosses bagues, des collants et des serre-têtes et puis des fleurs dans les cheveux. » Elle énuméra sans filtre ce qui lui plaisait, ses grandes billes claires hallucinées papillonnant sur le visage de son interlocuteur. Haynes guettait ses réactions, tout en sachant qu’elle était limitée. Pour autant, la compréhension ne lui échappa pas. Il sourit, mais d’une esquisse figée qui sonnait faux. Apparemment, elle avait donné la mauvaise réponse mais il la guida gentiment jusqu’au portant pour lui murmurer qu’il ne possédait pas ce qu’elle demandait parce que ce soir, il fallait s’habiller chic. La tonalité de sa voix ne trompait pas, même une néophyte comme elle : il lui parlait comme à une enfant. Ils commettaient tous cette erreur, elle avait appris à ne plus la relever. Consciente qu’elle ne tirerait rien de ce jeune homme, Hayes disparut. Elle fit ce qu’elle faisait souvent lorsqu’elle était fatiguée des autres ou d’elle-même : elle se mit en veille, dans un état entre la conscience et l’inconscience. Enfant, elle se retranchait souvent en elle-même, c’était sa protection et si sa peau porcelaine ou ses os fragiles accusaient les chocs, aucun n’atteignait l’interstice minuscule dans lequel elle se blottissait, avec rien d’autre que son esprit. Elle reprit pied lorsqu’elle sentit une pression amie sur son épaule et déglutit péniblement en croisant un reflet inconnu dans le miroir. « Ma chérie, on dirait Brigitte Bardot c’est fantastique ! » s’exclama le styliste, tout sourire. Haynes ignorait qui c’était mais elle répondit par une pâle esquisse amicale, singeant sa propre expression extatique. « Je ne me ressemble pas… » osa-t-elle ajouter doucement, sans s’imposer. Il dut prendre ce pauvre oisillon en pitié puisqu’il hocha la tête, quelque part entre compréhension et inspiration pour reprendre son œuvre à zéro. Cette fois, elle essaya de rester concentrée sur son manège mais n’y trouva pas grand intérêt. Elle aimait que ses vêtements soient colorés, vivants, imparfaits, qu’ils représentent une part d’elle plus que de simples habits et ne se retrouvait pas dans ces tenues trop jolies, trop lisses, trop immobiles. Haynes ignorait simplement les bons mots pour exprimer ce qui la gênait. Le second essai ne fut pas plus concluant. « Voilàààà, là c’est parfait tu me donnes de la pureté, de l’innocence, on tient un message pour le public on lâche rien ! » Haynes détailla la jeune femme qui lui faisait face et tout ce qu’elle distinguait, c’est Iphigénie. Sacrifiée sur l’autel par son papa pour gagner la guerre de Troie. « Je ne suis pas innocente. » nota-t-elle sans chercher à soutenir les prunelles embarrassées de son interlocuteur, qui finit par lui proposer de piocher elle-même quelque chose. Haynes écouta les codes et les consignes, retint très aisément la multitude des vêtements interdits, des couleurs non flatteuses, des matières ou de la longueur indécente et elle aurait pu réciter son texte mot à mot sans l’ombre d’un problème. Elle hocha simplement son joli minois et respecta chacune des obligations pour revêtir sa tenue. Ce n’était pas tout à fait elle, c’était trop sage et structuré, pas assez froissé ou coloré mais on pénétrait juste un peu dans son univers, alors ça lui allait. Elle pivota sur elle-même, légère comme un cygne, et resta là, offerte, jusqu’à ce que le styliste abdique. « Bon bah… écoute on va dire que ça fait l’affaire hein. T’es pas toute seule j’te rappelle. » maugréa le brave homme avant de frôler la syncope en entendant la suite. « Je pourrais avoir une fleur dans les cheveux ? » Une fleur, non mais quelle affaire ! Un peu désarmé face à l’ovni qu’on lui avait fourré entre les pattes, il consentit à dérober une fleur du vase de la loge d’Arabella avant de la piquer dans le chignon de la môme. « Allez, file maintenant ! » Haynes lui pressa doucement la main, comme pour le remercier sans se perdre dans des mots au sens abstrait et se laissa guider jusqu’au fourgon, puis au manoir. Elle n'avait jamais rien vu d'aussi beau de toute sa vie et ses grands yeux clairs se perdirent un long moment sur les boiseries de la porte d'entrée, sur le marbre clair. Sur tout, en fait, jusqu'à ce qu'ils tombent sur ses futurs camarades. Haynes fendit son visage mutin d'un air chaleureux, comme Flynn lui avait appris mais elle fut incapable de se mêler à la foule compacte. Au lieu de ça, elle reprit sa contemplation, avançant à pas légers tout en comptant les ampoules qui composaient le lustre magistral du plafond.



BUT YOU ARE UNFIXABLE, I CAN'T BREAK THROUGH YOUR WORLD. 'CAUSE YOU LIVE IN SHADES OF COOL, YOU HEART IS UNBREAKABLE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PSEUDO :
lazy raccoon.

AVATAR :
serinda swan.

CRÉDITS :
glass skin.

NATIONALITÉ :
anglaise.

Messages :
154


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:58



Les résidents, vous le savez, prendront leurs quartiers au sein du manoir Dawkins. Mais, traditionnellement au sein des jeux télévisés, lorsqu'un candidat est éliminé, il quitte le jeu et rentre chez lui directement. Dans Murder House, cela ne se passera évidemment pas comme ça, ce n'est pas aussi facile... La Maison de la Miséricorde accueillera, pendant une semaine supplémentaire, les candidats éliminés. Regardez !

- VIDÉO -

Espèce de cabane aménagée au fond du jardin, il s'agit d'un aller simple vers la prison d'origine du détenu qui est condamné à y vivre pendant une semaine. En effet, à chaque prime le détenu qui quittera l'aventure aura une semaine de flottement dans cet espace avant de retourner à sa vie d'avant, un espèce de temps de sursis. La maison de la miséricorde ressemble en tout point à une cellule. Espace exigu avec couchette, coin cuisine, douche et toilettes. L'éliminé ne peut en sortir, mais comme dans une vraie prison, ses camarades peuvent venir le visiter à des heures précises. Une prison avant la prison, sommes toutes. Ici pas de déco, seul l'essentiel est de mise. Un avantage considérable sera néanmoins accordé lorsque les détenus éliminés pénètreront la Maison de la Miséricorde...

Malheureusement, cette maison n'a pas l'air très accueillante, à côté du confort du manoir... Le fait est que, vous devrez tous y passer un jour ou l'autre, hormis le gagnant ! Disons que ce sera un court séjour afin de vous réhabituer à votre vie de détenu... Heureusement vous ne pourrirez pas là comme des rats sans aucune raison, puisque des avantages vous seront offerts pendant que vous serez enfermés dans cette cabane exigüe. Ce sera comme un cadeau d'au revoir. On est gentils quand même, hein ?
© MURDER HOUSE, ALL RIGHTS RESERVED




    ~ my heart don't understand
    why i got you on my mind. ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Köhl

PSEUDO :
Lucas Tynnewick

AVATAR :
Alice Kelson

CRÉDITS :
La Peste

NATIONALITÉ :
Allemande

Messages :
231


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 21:59

Si je ne reviens pas. Prend bien soit de toi, souviens-toi de tout ce que je t'ai appris et surtout ne te laisse pas marcher sur les pieds. Tu vaux bien mieux que cela et de toutes manière, tu en as bientôt fini avec cet enfer non ?
Les dernières recommandations faites, je prenais dans mes bras Maddi ma compagne de cellule durant cette partie de mon existence qu'avais été mon séjour en prison. C'était l'une des rares personnes qui allait me manquer une fois dehors, ou plutôt une fois enfermé dans le manoir Dawkins. Puisque oui, j'avais été sélectionné pour participer à Murder House, la télé-réalité qui permettait à un prisonnier, gagnant de l'émission, de retrouver la liberté.
J'avais fait parvenir mon dossier un peu comme ça, sans grande attente. Puis avait répondu aux questions de leur doc en essayant d'être la plus intéressante possible. Même si, au fond de moi, l'exaspération régnait en maitre. Je ne vous dis donc pas la surprise, quand on m'appela au bureau du directeur du centre pénitentiaire pour m'annoncer ma sélection et mon départ pour Londres.
Le 19 septembre, veille du grand soir, je fus ainsi conduite sous bonne garde jusqu'à l'aéroport où un avion m'attendait direction cette nouvelle aventure. Toujours accompagnée de mes chiens de gardes, j'étais, une fois en terre britannique, transférée en voiture jusqu'au lieu, à des deux pas des studios où je passais la nuit. Retrouver un minimum de confort après tout ce temps passé en taule m'emplissais d'une joie certaine. Mais aussi d'une crainte, ne sachant pas avec qui j'allais vivre, si ce n'est qu'ils étaient, comme moi, des détenus. Des êtres qui à mon image, c'était surement endurci face à la vie en prison, des animaux sauvages, blessés qu'on lâchait dans cette arène à la vue de millions de téléspectateurs impatients. Je ne pensais pas réussir à accepter ce statut de bête de foire, mais c'était ma seule chance de retrouver au plus vite la liberté.
20 septembre : le jour J, je suis emmené au studio de la production, mes faits et gestes toujours épiés afin d'éviter tout risque d'évasion. Sur place, je perdais un peu mes moyens. Trop de monde, trop de choses à retenir. Styliste, coiffeur, maquillage, tout ce luxe dont j'ai été privé durant mon incarcération, je le retrouve enfin et c'est loin de me déplaire. Je n'ai jamais été eu une grande féru de mode, mais es toujours aimé être un minimum apprêté lorsque j'étais en société. Chose qui m'était privée en prison. Dans le miroir, je ne reconnaissais pas mon reflet, j'avais devant moi une autre femme. Belle, sure d'elle et de ses choix, une de ces femmes que je voyais à travers le petit écran avant mon incarcération. Cette image reflétant ainsi parfaitement les capacités de métamorphoses d'une équipe de télévision afin de rendre leurs héros de quelques mois magnifiques à l'antenne. Des prisonniers au teint blafards, mals sapés risquant fort de peu attirés les faveurs du public.
Fin prête on m'entraîna dans un fourgon accompagné de trois jeunes gens, deux garçons et une fille, surement d'autres candidats et d'un bon gros service de sécurité. Le véhicule  nous emmenant tous les quatre tous droits en direction du manoir Dawkins où une fois sur place la porte ouverte, on fut invité à suivre l'allée éclairée de bougie et à entrer dans le hall. L'aventure pouvait enfin réellement commencer.
Tout dans ce décor était trop lisse, trop parfait. Cela sonnait faux et me dérangeait. Je regardais les autres participants, n'osant pas trop les approcher. Observer avant d'agir, c'était un de ses enseignements que j'avais appris en prison et je comptais bien l'utiliser ici.



Δ Et tout s'envole en fumée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Bellamy

PSEUDO :
worshipper.

AVATAR :
steven chevrin.

CRÉDITS :
worshipper.

NATIONALITÉ :
suisse.

Messages :
47


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 22:02

C'est le grand soir, tu tiens plus en place, à tel point que ton pied droit n'arrête pas de tapoter contre le sol au risque d'abimer les chaussures de marque soigneusement choisies par les stylistes de l'émission. Faut croire qu'ils en ont eu du temps eux pour s'y préparer et sélectionner la tenue que tu portes. Toi ils t'auront prévenu que la veille alors que t'espérais même plus être sélectionné pour participer à cet espèce d'ovni télévisuel, t'as un peu eu l'impression d'être un terroriste tellement la sécurité était ridiculement renforcée pour ton transport vers Londres, le trajet aura au moins eu le mérite d'être court. Ah, faut croire que c'est à ton tour d'entrer en jeu maintenant, un peu de distraction commençait à s'imposer de toute façon. Tu te fais chopper par un grand type baraqué puis il te fait entrer dans un fourgon blindé avec deux femmes et un autre type, ils ont vraiment peur de se taper une tentative d'évasion en direct on dirait. En tout cas le véhicule s'arrête rapidement pour te laisser descendre, t'arrives devant un manoir magnifique... ou flippant, t'es pas encore tout à fait décidé sur l’appellation adéquate. Tu jettes un coup d’œil curieux aux caméras avant de suivre le chemin tracé par toutes les bougies qui illuminent l'allée et alors que tu franchis les deux portes massives de l'entrée, t'as comme l'impression d'avoir pris un aller simple pour un asile d'un autre genre... excitant. Tu fais ton entrée dans le hall tout de marbre vêtu et tu peux pas empêcher ton regard de vagabonder de recoin en recoin, impressionné, puis tes pupilles finissent par tomber sur les autres participants déjà sur place. Participants que t'as pas spécialement envie de saluer puis faut pas oublier que ce sont d'autres détenus dont certains supposément dangereux, alors tu te contentes d'un mouvement de tête presque amical en direction de quiconque te rendra un regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PSEUDO :
lazy raccoon.

AVATAR :
serinda swan.

CRÉDITS :
glass skin.

NATIONALITÉ :
anglaise.

Messages :
154


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 22:03






NOM : kayser.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : dix-huit ans.
SEXE : féminin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : 11 Novembre. LIEU DE NAISSANCE : Munich, Allemagne. NATIONALITÉ : Allemande. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : Sans domicile fixe. ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle. ÉTAT CIVIL : Célibataire. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : Prison de Stadelheim, Allemagne. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : Six mois. SITUATION FAMILIALE : Un père et un frère, non localisables. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 1 = caractériel.





NOM : vassiliev.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : vingt-quatre ans.
SEXE : féminin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : 04/12. LIEU DE NAISSANCE : grozny, tchétchénie. NATIONALITÉ : tchétchéno-russe. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : grozny, tchétchénie. ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuelle. ÉTAT CIVIL : célibataire. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : freiburg, allemagne. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : 8 mois. SITUATION FAMILIALE : parents + un frère et une soeur. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 1 = caractériel.





NOM : white.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : vingt-six ans.
SEXE : masculin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : six octobre. LIEU DE NAISSANCE : new-york, la grande pomme. NATIONALITÉ : américaine. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : aucun domicile fixe. ORIENTATION SEXUELLE : bisexuelle. ÉTAT CIVIL : célibataire. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : Londres, UK. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : deux ans trois mois et quatre jours. SITUATION FAMILIALE : père disparu dans la nature, mère morte, grande soeur qui a coupé les ponts avec lui, petit frère porté disparu. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 2 = agressif.





NOM : contini.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : trente ans.
SEXE : féminin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : un dix novembre. LIEU DE NAISSANCE : Milan, Lombardie, Italie. NATIONALITÉ : franco-italienne. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : Prison des Baumettes, Centre pénitentiaire de Marseille, France. ORIENTATION SEXUELLE : bisexuelle. ÉTAT CIVIL : célibataire. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : Centre pénitentiaire de Marseille. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : huit mois. SITUATION FAMILIALE : fille unique d'une française émigrée en Italie et d'un italien, toujours marié à ce jour et vivant à Milan. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 1.





    ~ my heart don't understand
    why i got you on my mind. ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kayser

PSEUDO :
aeroplane.

CRÉDITS :
cha.

NATIONALITÉ :
allemande.

Messages :
51


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 22:08

L’anxiété était présente dans mon organisme, comme une pilule que l’on avale pour passer une mauvaise soirée. Les gamins ne comprenaient décidément rien, et moi, je sombrais peu à peu dans cette non-neutralité qui ne me plaisait pour un sous. Bon dieu que j’avais l’air conne à sentir mon palpitant taper contre ma cage thoracique. Si j’aurais pu, je lui aurais crié de se calmer, mais j’étais là, assise à l’arrière de ce fourgon, comme une pauvre âme sans défense, comme l’un de ces malfrats qui n’ont rien d’autre à offrir qu’un maigre sourire aux dents jaunies et quelques insultes passagères. Avez-vous dit pathétique ? Je vous aurais répondu par l’affirmative, dans tous les cas. Je n’aimais pas cette place, comme je n’aimais pas celle que j’occupais quelques heures auparavant. L’Allemagne me semblait bien loin aujourd’hui, alors qu’il s’agissait de ma première escapade en dehors de ces quatre murs, et de mon premier roadtrip en dehors de mon pays. J’étais contre le fait de voyager, et je détestais les anglais, mais que pouvais-je bien y faire après tout si mon coeur y était placé. Ce coeur qui n’arrivait plus à faire le lien entre les événements passés et futurs. Il battait comme jamais, sans raison apparente, ou du moins, pas que je n’ose m’avouer. La fourgonnette arrivait, je pouvais sentir le frein déstabiliser ma tête, qui se balançait un court instant d’avant en arrière alors qu’une de mes mèches de cheveux se faisait la malle. On m’ordonnait de descendre, j’acquiesçais mentalement, conciliante, mes pieds foulant la terre ferme alors que je déboulais dans un studio, que je voyais ces femmes aux longs cils, aux tenues colorées et aux expressions détendues. Ô douce liberté, que tu me narguais tout de suite. Mes longs cheveux étaient brossés, mes prunelles océans mises en avant, mon frêle corps vêtu. J’étais fin prête à faire mon entrée dans cette aventure. Fallait-il se présenter ? Fallait-il attendre qu’on nous donne le signal ? Trois autres personnes se tenaient à côté de moi, alors que cette odeur de rose qui ornait mon cou venait généreusement chatouiller ma cloison nasale, pour mon plus grand bien. Je n’avais plus l’habitude. C’était comme ça, la vie. Je me sens rayonnante, pourtant, c’est cette même expression qui orne jour après jour mon doux visage, comme celle d’une poupée de cire, figée à jamais. Ça ne m’intéresse pas de leur sourire, car je sais qu’ici, toutes les personnes que je rencontrerai ne seront qu’éphémères. Que celles avec qui je me lierais seront condamnées à vivre encore quelques temps derrière les barreaux. Et je ne voulais pas ça. Je ne voulais pas être celle qui attend, je voulais profiter de la vie. Je voulais être cette gamine qui rêve d’un prince charmant, trop mièvre pour être réaliste, trop conne pour pouvoir se rendre compte que les mecs ne seront jamais parfaits. A la place, j’étais moi. Et ce qui était bien lorsque l’on était moi, c’est que l’on pouvait participer à une aventure comme celle ci. La rédemption. Alors, les portes s’ouvraient et pour la première fois depuis de long mois, cette expression de passivité flagrante s’estompait pour laisser une larme couler sur ma joue droite, traçant un trait sombre le long de celle ci avant de s’échouer sur le sol. Une demi seconde, et mon corps se voulait océan, mes prunelles navire, alors que mon coeur souriait, heureuse d’être ici. Enfin. Ne croyez-pas que je n’ai pas envie de vous sourire à vous, non, seulement l’inconscience était reine et la désillusion resterait toujours l’une de ces craintes que je ne voulais pas chasser de mon esprit. J’étais heureuse d’être ici. Enfin. Mais pour combien de temps ? Tirant légèrement sur les pans de cette cape qui trainait derrière moi, mes pas se répétaient jusqu’à pénétrer dans la demeure, me joignant silencieuse au groupe de détenus déjà formé. Certains étaient beaux, grands, jeunes et bruns, d’autres étaient blonds, barbus alors que les femmes étaient parfois typées, parfois blanches comme des souliers neufs. Aucun ne se ressemblait réellement. Mes lèvres s’entre-ouvraient, comme pour signaler ma présence, alors qu’un soupir indolore s’échappait de celles ci. Ma main s’agrippa au poignet droit du premier gars qui passait à ma portée (WHITE), simplement pour être certaine de ne pas être seule. Ça n’était pas de la faiblesse. C’était un repère. « Ça n'est qu'un poignet. » semblais-je obligée de lui préciser, l'une de mes canines se plantant ensuite dans ma lèvre inférieure pour me faire taire.

+ tenue



    Emancipate yourselves from mental slavery, None but ourselves can free our minds. Have no fear for atomic energy, 'Cause none of them can stop the time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

White

PSEUDO :
morphée.

AVATAR :
don benjamin.

CRÉDITS :
persian rugs (av)

NATIONALITÉ :
américain.

Messages :
21


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 22:10


C'était le jour J. C'était enfin ce jour là, ce jour là. J'allais intégrer cette aventure, j'avais hâte, hâte de voir à quoi ressemblait le manoir, hâte de voir les autres candidats. En fait je n'attendais que ça, je voulais les voir pour pouvoir mieux les écraser ensuite, je n'avais peur de personne, je savais que le vainqueur c'était moi. La liberté j'allais la regagner et personne ne pourra se dresser devant mon chemin. J'étais confiant, on était venu me chercher, j'avais quitté la prison tôt ce matin pour rejoindre les studios. Là où on allait me préparer, j'étais toujours protégé, parce qu'on était pas à l'abris que je tente de m'échapper et il ne fallait surtout pas que cela arrive. J'étais dans une pièce où il y avait une styliste, une maquilleuse ainsi qu'un coiffeur qui étaient là pour me préparer. Cela faisait tellement longtemps qu'on ne s'était pas occupé de moi. On m'avait en quelque sorte chouchouté, j'avais décidé de revêtir une tenue à la fois classe et simple (cf l'avatar), car je n'avais pas non plus envie de trop bien m'habiller. Le maquilleuse était en train de cacher les imperfections avec des produits que je ne connaissais pas et le coiffeur n'avait pas réellement besoin de me coiffer, car je n'avais pas énormément de cheveux. Je pensais alors à cette aventure. L'enfermement dans un manoir avec des candidats pour moi c'était plutôt cool, parce que c'était un peu comme la prison en mieux, avec une action plus intéressante et des mystères intéressants. Je n'avais quasiment pas parlé de la journée, parce que j'avais préféré économiser ma salive pour ce soir. Pour faire les présentations aux autres, même si cette partie là je n'avais pas envie de l'affronter. Je n'étais pas bavard, je n'aimais pas aller vers les gens et surtout lorsque je n'aime pas physiquement une personne je ne peux pas m'empêcher de ne pas l'aimer. Mais ce soir il ne fallait pas que je fasse de vagues, pas la première soirée. Il fallait que je sois correcte avec tout le monde, que je tente d'afficher un léger sourire et que je ne ressemble pas au mec glacial que je suis d'habitude. Ce bel habit je l'avais depuis que j'étais rentré en prison et je n'avais pas eu le temps d'assimiler que je devais l'enlever du coup je l'avais toujours et c'était difficile de m'en débarrasser. Sans doute parce qu'en vérité j'aime un peu ça au fond de moi ? Plus le temps de pensé, puisque j'avais pensé toute la journée. J'étais désormais dans le fourgon, j'étais en direction du manoir, c'était le début de l'aventure. Tout allait commencer là maintenant, à l'intérieur j'étais légèrement stressé, mais à l'extérieur mon visage était parfaitement neutre. Je ne laissais trahir aucune émotion sur mon visage. Fidèle à moi-même il restait inerte et ne représentait aucune émotion. Qu'importe j'avais tout le temps pour m'améliorer au fil de l'aventure et cela jusqu'à ma victoire. Je sentais que le voyage était terminée, que le fourgon avait terminé sa route et que l'heure venait de sonner. Désormais je ne pouvais plus reculer, j'allais rentrer dans ce manoir, j'allais l'intégrer. J'allais découvrir d'autres personnes et à la fin je savais que le prix de la liberté me reviendrait. L'histoire était ainsi faite.  J'arrive dans le hall, c'est vraiment magnifique. J'étais vraiment époustouflé, c'est alors que je sentis une main s'aggripper à mon poignet. Je tournais légèrement la tête pour voir qui cela pouvait-il être et c'est alors que je vis une ravissante jeune femme (KAYSER). Je dois avouer que je n'ai plus l'habitude que l'on me touche, je n'ai plus l'habitude d'avoir de contact physique avec une personne et cela me trouble pendant un court instant je ne sais pas quoi faire, ni dire. Alors je lui répondis par un simple sourire. Franchement ça change complètement de ce que j'ai connu durant deux ans, je marchais d'un pas assez lent pour pouvoir contempler tout le hall d'entrée qui était vraiment sublime. C'était donc dans ce manoir qu'on allait devoir résoudre de nombreux mystères. Et bien ce qui est sur c'est qu'on ne risque de ne pas s'ennuyer ici. « C'est beau. » Oups j'avais pensé tout haut, et bien tant pis, peut-être que la jeune femme qui tenait toujours mon poignet penserait que cela lui été adressée et tant mieux puisque je ne savais pas comment engager la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PSEUDO :
lazy raccoon.

AVATAR :
serinda swan.

CRÉDITS :
glass skin.

NATIONALITÉ :
anglaise.

Messages :
154


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 22:14



Hé bien, les premiers profils des détenus révélés me rendent curieuse ! On m'a susurré dans les couloirs de la production tout à l'heure que les filles étaient majoritaires dans le casting, come on ladies !

Yanis vous a présenté son rôle au sein de l'équipe, c'est maintenant à mon tour de me présenter. Je serai seule à la tête de la présentation des primes, c'est donc ma sublime personne que vous retrouverez chaque dimanche dans votre téléviseur ! Accompagnée de mes deux acolytes chroniqueurs, nous nous ferons un plaisir de décortiquer les évènements de la semaine et d'annoncer les tant redoutés résultats des nominations. Outre la présentation des primes, je m'occuperai également de révéler les résultats des sondages de la semaine dans ma propre chronique ! En effet, chaque semaine seront mis en ligne des sondages pour prendre la température du côté des téléspectateurs concernant divers sujets ayant trait aux résidents.

Les résultats de ces sondages seront communiqués lors des primes, tant aux téléspectateurs qu'aux résidents, qui eux pourront voir comment ils sont perçus à l'extérieur du manoir. Ces sondages apporteront, selon mon envie, des bonus ou des malus aux résidents arrivant soit en tête soit en dernier dans le classement. D'où l'intérêt de faire attention à l'image que l'on renvoie aux téléspectateurs car les téléspectateurs sont rois dans Murder House ! 

Allez, on enchaîne avec les prochains résidents !
© MURDER HOUSE, ALL RIGHTS RESERVED




    ~ my heart don't understand
    why i got you on my mind. ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


PSEUDO :
lazy raccoon.

AVATAR :
serinda swan.

CRÉDITS :
glass skin.

NATIONALITÉ :
anglaise.

Messages :
154


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 22:16





NOM : sinclair.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : dix-neuf ans.
SEXE :  féminin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE :  6 août. LIEU DE NAISSANCE : Paka, Malaisie. NATIONALITÉ : Anglaise. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : Brick Lane, Londres. ORIENTATION SEXUELLE :  Bisexuelle. ÉTAT CIVIL : Célibataire. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : HM Prison Holloway, Londres. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : Quatre ans. SITUATION FAMILIALE : Une mère et trois frères. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 2.





NOM : swan.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : trente-cinq ans.
SEXE : féminin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : vingt janvier. LIEU DE NAISSANCE : kiev (ukraine). NATIONALITÉ : ukrainienne. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : dover (angleterre). ORIENTATION SEXUELLE : homosexuelle. ÉTAT CIVIL : mariée. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : maidstone prison (angleterre). DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : trois mois (transfert). SITUATION FAMILIALE : une femme, un fils.  DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 0.





NOM : faure.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : vingt-deux ans.
SEXE : masculin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : 09 novembre LIEU DE NAISSANCE : créteil, france NATIONALITÉ : français ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : vincennes, france ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuel ÉTAT CIVIL : célibataire ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : maison d'arrêt de fresnes, france DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : un an et demi, sur les cinq ans de la peine SITUATION FAMILIALE : son enfant, une petite fille, dont la mère a la garde - ses parents, mariés depuis vingt-cinq ans et dont il est resté très proche - ses petites sœurs de douze et sept ans, il est l'ainé de la famille DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 0, inoffensif.





NOM : müller.
PRÉNOM(S) : inconnu.
ÂGE : vingt-sept ans.
SEXE : masculin.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
DATE DE NAISSANCE : trois novembre. LIEU DE NAISSANCE : hambourg, allemagne. NATIONALITÉ : allemand. ADRESSE DU DOMICILE ACTUEL : munich. ORIENTATION SEXUELLE : bisexuelle. ÉTAT CIVIL : célibataire. ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL EN CHARGE DU DOSSIER : prison de stadelheim, munich. DURÉE DU TEMPS PASSÉ DANS L'ÉTABLISSEMENT CARCÉRAL MENTIONNÉ : trois ans. SITUATION FAMILIALE : père: décédé, mère: vivante, petit frère de vingt-deux ans: vivant. DEGRÉ DE DANGEROSITÉ : 1 = caractériel.





    ~ my heart don't understand
    why i got you on my mind. ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Swan

PSEUDO :
ALYEN.

AVATAR :
OLGA KURYLENKO.

CRÉDITS :
ANGEL DUST.

NATIONALITÉ :
UKRAINIENNE.

Messages :
63

Age :
37


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 22:21

Plus que cette intimité nouvellement retrouvée, c'est le glissement de la soie sur sa peau qui tire un sourire à la brune. Le simple geste de lever les yeux et de se croiser dans le miroir, de s'observer, de pied en tête, simplement vêtue de lingerie hors de prix et ce sourire s'attarde. Des doigts caressent, remontent une taille trop fine, frôle une poitrine nue pour s'attarder dans des cheveux flamboyants. Son sourire s'attarde dans ses prunelles alors que ses lèvres retrouvent leur pli habituel à l'apparition d'une petite blonde. Ne s'inquiétant aucunement de son apparente nudité, Swan s'approche et récupère la tenue sur laquelle elle s'est arrêtée. Une nouvelle fois, son reflet lui renvoie une image qu'elle peine presque a réajuster. D'une main adroite, elle lisse un pli inexistant sur sa cuisse, inspirant silencieusement, laissant l'anxiété à baie. Elle refuse de pénétrer dans l'aventure en tant que petite fleur fragile. Elle-même, il lui suffit simplement de se retrouver, et les escarpins devant elle au sol vont y contribuer pour beaucoup. Presque religieusement, elle les ramasse et les passe à ses pieds, l'un après l'autre, laissant ses doigts caresser le cuir noir, les talons outrageusement hauts. Ils crient luxe et volupté et l'image qu'elle renvoie lui permet de se recentrer. Grande, brune, un brin féroce, inatteignable. Parfait. En moins d'une seconde, elle prend la route de la sortie, la démarche fluide de celles qui ont grandies des Louboutin aux pieds. Elle prend la tête de leur petite procession, assez bien faite pour avoir comprit la direction. Le trajet en fourgon se fait rapidement, ses yeux quittant rarement les portes, le silence retentissant qu'elle n'est pas pressée de briser. Il n'y a guère de moyens gracieux de quitter en fourgon sur huit centimètres et pourtant son corps semble se déplier avec une fluidité apprise à grands renforts de coups. Un léger sourire fait apparition aux coins de ses lèvres, le quitte aussi rapidement lorsqu'elle se retrouve à l'intérieur de la villa. Rien qu'elle n'ait déjà vu, rien qu'elle ne meurt d'envie de découvrir. Impassible, la brune se contente simplement d'avancer, attitude au maximum, habitant la pièce. Converser avec d'autres se trouve bien bas dans sa liste de choses à faire aussi elle n'initie aucune tentative. Repérant une fourniture d'un gout douteux comme une des seules capables de lui fournir une assise, elle prend place sur l'un des fauteuils, ses doigts caressant machinalement le tissu.  Jambes croisées, bras en évidence sur les accoudoirs, elle admet à peine la présence d'autres personnes, comme à l'accoutumée.


wicked witch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   

Revenir en haut Aller en bas
 
◇ prime d'ouverture (20/09).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MURDER HOUSE :: MANOIR DAWKINS - REZ :: Le hall-