AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 ◇ prime d'ouverture (20/09).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar

White

PSEUDO :
morphée.

AVATAR :
don benjamin.

CRÉDITS :
persian rugs (av)

NATIONALITÉ :
américain.

Messages :
21


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 23:25


J'ignorais complètement les autres détenus, ils n'étaient pour moi que des pions malléables que j'allais bouger comme je le souhaitais. Des simples pantins que j'allais diriger tel le maître des marionnettistes. Mon esprit vagabondait ailleurs, mes pensées avaient réussi à m'emmener ailleurs et pourtant mon regard lui admirait toujours la pièce. Parce que même si la jeune femme à côté de moi refusait de l'admettre aucune personne ici n'a jamais eu l'occasion d'habiter dans une telle demeure. Parce que nous sommes dans le bas de l'échelle, dans le bas de la société. C'est pour ça qu'on a été en prison, pour ça qu'on n'a pas pu se payer un bon avocat et réduire notre peine pour qu'elle soit minime malgré nos actes. En fait je me fichais un peu de ce que la jeune femme à côté de moi disait. Elle n'attirait ni la sympathique, ni le dégoût, elle n'était qu'un pantin que je souhaitais manipuler et éjecter. Sinon elle ne me sera d'aucun intérêt. La plupart de ces paroles ne sont pas intéressantes, je ne capte que quelques mots, mais je sens que la jeune femme n'a pas l'habitude de tenir une conversation. Ou du moins elle le fait très mal. Mon visage reste parfaitement neutre face à sa remarque sur le fait que je ressemble à un homme d'un clip américain. « L'apparence ne fait pas tout. Surtout que c'est un pauvre cliché. » dit l'homme qui juge principalement une personne par son apparence. Elle avait lâché mon poignet, cela ne changeait rien pour moi. Qu'une personne me tienne ou pas je m'en fichais en vérité. Mais la jeune femme se rattrapa en disant que je valais mieux que ces vêtements. « Est-ce que je dois bien prendre cette remarque ? » demandais-je en plongeant également mes prunelles dans les siennes. A vrai dire cette jeune femme m'avait l'air très étrange, mais elle en restait tout de même un pantin. C'est alors qu'un second pantin arriva, il était de sexe masculin lui et il me conseilla de me déshabiller. Intérieurement je souriais, mais à l'extérieur je restais impassible. Comme une porte totalement fermée. « Je pense que ce n'est pas le bon moment pour se déshabiller. Je risque d'attraper froid. » A vrai dire je ne voulais pas non plus exhiber mes tatouages devant tout le monde et ainsi que ma musculature je pourrais en complexer un ou deux non ?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Haynes

PSEUDO :
Moonriver

AVATAR :
nLindes

CRÉDITS :
twisted lips

NATIONALITÉ :
Irlandaise

Messages :
51


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 23:42

Une ampoule n'allait pas tarder à rendre l'âme. Son manège aurait sans doute été imperceptible à bon nombre d'yeux mais Haynes possédait le sens des détails. Ce n'était pas grand chose à vrai dire, assez peu face à tout ce qu'elle manquait et qui lui échappait invariablement mais c'était déjà ça. Les infimes variations de lumière n'échappèrent pas à ses grands yeux ronds moins dans la lune qu'ils n'en avaient l'air et elle chercha, l'espace d'une longue seconde, quelqu'un à prévenir. Il fallait changer cette ampoule. Et puis, Haynes réalisa que ça ne servait à rien et cessa son analyse aussi sec pour se concentrer sur les autres. Elle les observait comme on observe une espèce sauvage et peina à s'imaginer évoluer avec eux et non pas à travers eux. Peut-être que ça s'arrangerait, peut-être que ce n'était qu'une vague question d'adaptation puisqu'elle n'était pas bien armée pour les interactions sociales. Peut-être. Elle s'en fit en tout cas la promesse, quitte à exagérer, à singer leurs mimiques jusqu'à ce qu'elles deviennent siennes parce que sa liberté valait bien tous les efforts du monde, non ? Mais ce soir, tout était nouveau et tout la rendait trois, l'angoisse. Elle n'était pas seulement trois, elle se sentait au moins 333 000 tant tout semblait lui échapper. Aussi, une Haynes perdue dans les limbes de son esprit sursauta légèrement en entendant une voix. S'adresser à elle. Elle pivota, l'air surpris, pour faire face au garçon et lui rendre sa salutation. « Bonsoir ! » sembla-t-elle s'extasier. Haynes n'aimait pas les mots, elle les utilisait mal n'importe quel élément du langage et sa tonalité ne faisait pas exception à la règle. Souvent, elle était trop égale, distante et indifférente même si en réalité elle montrait un fort intérêt. Ici, elle se révélait inutilement enjouée. Il parla encore un peu et par mimétisme, elle nota qu'il n'était pas plus à sa place ici qu'elle, ce qui lui décocha un sourire délicat. Flynn lui répétait que sourire était un signal positif. Que les gens souriaient mais qu'elle, elle devait sourire deux fois plus pour apaiser les tensions que son inconvenance sociale finissait toujours par faire naître, sans qu'elle ne s'en aperçoive. « Je suis Irlandaise, ça s'entend aussi. Les Anglais disent que l'on s'exprime comme des paysans mais je n'en ai jamais connus alors je ne sais pas... » De paysans, pas d'anglais. Haynes était hermétique aux jugements, c'était son problème. Incapable de retenir autre chose que les faits. Faure, elle se souviendrait de son nom s'il lui offrait, de sa tignasse ou de son sourire chaleureux mais elle serait incapable d'affirmer qu'il était gentil, hypocrite ou malfaisant, par exemple. « Aucune fille ne te rend visite où tu es ? Mon frère vient me voir chaque semaine et il est souvent plus près que toi, jusqu'à ce qu'on l'enguirlande. » Haynes le contemplait avec un intérêt réel, le genre d'intérêt pur et franc qui existait si peu chez les adultes (auxquels elle appartenait pourtant) ou juste dans le monde moderne. Et c'est tout naturellement qu'elle parvint à poser la question suivante, sans vraiment y réfléchir. « C'est quoi ton nom ? » Les noms c'était bien, factuels, faciles à retenir.



BUT YOU ARE UNFIXABLE, I CAN'T BREAK THROUGH YOUR WORLD. 'CAUSE YOU LIVE IN SHADES OF COOL, YOU HEART IS UNBREAKABLE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lodde

PSEUDO :
odoyá

CRÉDITS :
loulouklabest

NATIONALITÉ :
(IT)

Messages :
117


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 23:48

"Oui c'est vrai" il a pas tord le brun. Ca s'esclaffe d'ici et de là. Au pays on leur disait toujours que la première image révèle une personne. Certains provoquent déjà et Lodde se dit qu'ah, apparemment chaque prison a ses cas. Sauf qu'ici ils sont dehors. Habillés en civils, sexes mélangés. Les fourgons sont partis. Et les matons dans tout ça? Cachés dans les recoins de leur palace doré. A les surveiller, prêts à les punir. "Rien qu'un vrai matelas c'est le bonheur" il ajoute, pour pas perdre le fil de cette récente connaissance (peut-on réellement parler de connaissance?). "Lodde" il continue en tendant sa main. Comme avant qu'tout se barre en sucette et qu'il se retrouve à Volterra, puis ici, coincé entre 4 murs à alimenter le voyeurisme d'une population en chute libre.



mélange de noir avec le blanc,
jeu de reins, jeu de vilains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Vassiliev

PSEUDO :
opiaum

AVATAR :
taylor.

CRÉDITS :
avengedinchains.

NATIONALITÉ :
tchétchéno-russe

Messages :
33


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 23:55

Je ne saurais dire si je suis impatiente, excitée ou anxieuse. Peut être les trois à la fois ou l’un après l’autre incessamment. J’avais, tout à la fois, tellement hâte de sortir de ces 6m2 qui me servent de purgatoire et, à la fois, c’était l’unique havre de paix que j’ai connu depuis bien longtemps. J’ai longtemps tourné en rond avant que l’on vienne me chercher. Sans un mot, sans un regard. On m’a sortie, menottée, transférée. J’ai pris un avion, puis un autre à la dernière minute naturellement. Des vagues mots s’échappaient des lèvres de mes geôliers. Habituée, je me murais dans un silence abrutissant. Les heures ont passé, j’étais un point fixe dans le décor tout le long. Peut être un objet, ou autre… peu importe. Lorsque j’arrive enfin, lorsqu’on décide de ne plus m’entraver, je me confronte à une toute autre oppression. On s’occupe de moi, m’habille, me (dé)coiffe, me maquille. Je lève les yeux vers un miroir… ca fait pétasse. On s’en fout ? Ah d’accord. J’hausse les épaules. J’ai conscience que tout va se jouer dans quelques minutes. La libération, mon avenir m’attend. Je me recentre sur mes objectifs. Je case dans un coin de ma tête qu’il va me falloir faire semblant de sociabiliser, sortir de ma torpeur et mon mutisme. Je n’appréhende absolument pas, j’affiche un air confiant lorsque je retrouve trois autres candidats dans un fourgon estampillé au nom de la production. Je ne sais plus sourire. Je ne me souviens même plus du son de ma voix en fait. Bref. On roule. On arrive. Tout est mécanique… ou alors est-ce moi qui vit cela mécaniquement par la force de l’habitude ? Bref. Comme les trois autres dont je n’ai ni le nom, ni la tronche en tête, je découvre la face extérieure du manoir. C’est à filer la chair de poule. Trop grand. Gracieusement, je gravis les quelques marches avant de pénétrer dans un hall, immense pour changer, et faiblement éclairé. Comme ca, on ne sera pas perdu au moins. Je décide d’aligner plusieurs autres pas lorsque s’élève une voix cristalline et un peu trop bavarde (HAYNES). Je ferme les yeux un court instant avant de ne pouvoir retenir un « Ta voix donne super mal à la tête » dans un soupir rythmé par mon accent slave.

+ tenue




~ CLARTÉ BLAFARDE ET SOMBRE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Monrose

PSEUDO :
athaze

AVATAR :
jasmine sanders

CRÉDITS :
pigfarts is real

NATIONALITÉ :
gwada-française

Messages :
38


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Dim 20 Sep - 23:58

Plus les minutes passent, plus elle se rend compte qu’ils ont commencé doucement pour cette première « saison » : où comment avoir l’impression d’être enfermée avec une multitude d’innocents. Comme des bisounours accusé de meurtre : incompatible. Ou bien elle est entouré de psychopathes cachant bien leur jeu : bisounours accusé de pédophilie (parce que c’est plus possible ça). Adossée contre son mur, les bras croisés, l’allure négligée comparée aux autres, elle regarde son tableau face à elle. Elle ne s’en approche surtout pas. Son accent français à couper au couteau, sa grande gueule suffisent pour attirer l’attention sur elle donc pas la peine de se fatiguer. Une troisième fille vient se greffer au tableau, aussi décalée qu’inintéressante parce que déjà trop lisse. Aucun piquant. Aucune grande gueule. Les connasses sans cerveaux, y’a que chez elle qui se font prendre et envoyé en prison, ou ? La plus foncée lui répond, sans aucun humour. « Mon anglais est vraiment bon. Toi comprendre ce que moi dis, je sais… » Elle ne répond pas par simple bêtise, mais parce qu’elle aime ça : en rajouter une couche, toujours plus, agacer. Sans perdre un sourire radieux, accentuant son visage rond, poupon. « Dommage, un peu plus demeurée t’aurai p’tête été plus intéressante… » Elle trouve les débiles un peu plus sympa. Pas seulement parce que les manipuler à leur détriment est un jeu d’enfant, aussi parce qu’ils sont plus fun, plus spontanés, moins chiants quoi. Elle est entourée de chiants. Et la voilà qui se sent investit d’une mission divine : les poussées à bout. Chouette. Pour autant, elle ne commence pas tout de suite. Un peu de calme avant une certaine tempête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Haynes

PSEUDO :
Moonriver

AVATAR :
nLindes

CRÉDITS :
twisted lips

NATIONALITÉ :
Irlandaise

Messages :
51


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Lun 21 Sep - 0:12

Spoiler:
 

Haynes restait concentrée sur son interlocuteur, ne brisant son maigre contact visuel seulement pour cligner des yeux. On lui avait appris à toujours regarder son interlocuteur, c'était une marque d'intérêt ou de respect. De politesse en fait, alors elle s'y pliait parce que dans son cas, paraître bien élevée était un moindre mal. Et c'est tout aussi naturellement qu'elle se retourna en direction de la voix qui s'adressait apparemment à elle. Haynes eut l'air un brin surprise, elle fronça ses sourcils clairs pour tenter d'analyser la complainte qui parvenait à ses oreilles. Sa voix donne mal à la tête ? Elle ne réalisa pas le cynisme ou le second degré et se remémora les causes principales des céphalées. Elle n'en était pas convaincue mais il lui semblait compliqué de causer un mal de tête avec sa propre voix en seulement quelques phrases. « C'est la première fois qu'on me dit ça. J'essayerai de la moduler. » balança-t-elle, le masque du sérieux imprimé sur son joli minois. La vieille Mo lui avait conseillé de ne jamais aller à l'encontre des autres, ici. D'essayer d'être digne et positive, gentille et bien élevée. De ne froisser personne et surtout, de se montrer plus sociable qu'en prison. Ce ne serait pas compliqué, Haynes ne parlait qu'à Mo, là-bas. Le reste du temps, elle le passait seule. Sur un écran quand on l'autorisait ou dans ses calculs. Depuis que la vieille Mo avait décrété que personne ne devait la toucher, on ne la chahutait plus en prison, c'est comme si elle n'était pas là et Haynes s'en accommodait bien. Alors sa voix ne pouvait pas donner mal à la tête à grand monde, elle n'en abusait pas. « Comme ça, c'est mieux ? » Son timbre naturellement rauque avait baissé de quelques octaves et d'enjoué, il était devenu neutre. Haynes était de bonne composition, elle essayait.



BUT YOU ARE UNFIXABLE, I CAN'T BREAK THROUGH YOUR WORLD. 'CAUSE YOU LIVE IN SHADES OF COOL, YOU HEART IS UNBREAKABLE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Weiner

PSEUDO :
Sasha57

AVATAR :
Ash Stymest

CRÉDITS :
© Sashette

NATIONALITÉ :
Anglaise

Messages :
2

Age :
22


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Lun 21 Sep - 0:14

Tout ce que je voulais bien retenir de cette aventure qui m’attendait d’ores et déjà, était ce simple mot : liberté. Peu importe la manière de m’en tirer, j’étais fin prêt à en découdre avec ce fameux manoir. Ce qu’il y avait dedans, ce à quoi il ressemblait n’avait guère d’importance en comparaison avec la sensation de retrouver ma liberté, perdue depuis tant d’années. Et ce même si ça consistait en premier lieu à être transporté comme du vulgaire bétail, dans un de leur super fourgon dernier cri, modèle « tu peux pas t’échapper, essaies si tu peux ». Comme moyen de transport, j’avais vu plus confortable, plus chic, moins « prison », mais bon faut croire qu’on voulait me rappeler d’où je venais et qu’à tout moment je pouvais y retourner.

C’est donc surveillé de près par mes toutous personnels que je débarquais à Londres quelques jours avant l’ouverture officielle de ce qu’ils appellent un prime, le genre de show télévisé où t’as plutôt intérêt à enfiler un autre déguisement que celui de tôlard, qui se repère à des kilomètres à la ronde. Surtout avec ce vieil uniforme cracra, troué et boueux à souhait. Un exquis mélange pour faire face aux projecteurs. Fort heureusement ils ont pensé à tout les coquins : stylistes, maquilleurs, coiffeurs… Les professionnels des têtes de cons qui n’ont pas vu un miroir depuis des années. Ce qui annonçait le tableau : hors de question de débarquer dans un style décontracte, j’avais plutôt intérêt à mettre le paquet, et j’avais à ma disposition un armada de costumes chics. Le genre de costume que je ne voyais que dans mes rêves, hors de ma portée financièrement parlant. Et là, pour une fois, on me laissait à ma guise au milieu de toutes ces chemises taillées mains qui puaient l’argent à plein nez. J’étais loin d’avoir l’habitude de me saper de cette manière, alors je me contentais d’une tenue sobre, noire, basique, sans cravate –parce que je ne savais pas les nouer. Et selon les stylistes, ça passait. Il m’aura juste suffi d’un coup de rasoir et de coups de ciseaux pour donner de l’allure à ma touffe de cheveux noirs de jais, et donner l’impression que je ressemble à quelque chose d’autre qu’un sac poubelle blanc tacheté.

Signal donné, me voilà qui débarque, sans trop m’attarder sur les détails. Ils ont voulu sortir le grand jeu, ce qui est pas étonnant vu le fric qu’ils engrangent, mais comme c’est pas trop mon délire, ni même mon but, je ne fais que de m’avancer calmement et rejoindre les autres compagnons de jeu qui ont été sélectionnés. Y a un peu de tout dans le lot, mais je ne m’amuse pas à les détailler, préférant m’adonner à ce que je faisais en prison : rester dans mon coin, et ne pas chercher la merde. Mon but n’étant pas de me faire des amis en venant ici, je comptais bien leur faire comprendre que malgré mon jeune âge, je n’étais pas ce gars naïf qu’on amadoue avec de la barbe à papa. Quoiqu’il en soit, j’étais curieux de découvrir la suite des évènements.

LOOK AT ME

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fuertes

PSEUDO :
ALLY

AVATAR :
ZOE SALDANA

CRÉDITS :
HERJULIWII

NATIONALITÉ :
PUERTO-RICAN

Messages :
64


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Lun 21 Sep - 0:19

Tu gardes la précieuse offrande pour un instant plus calme, peut-être un peu éloignée, histoire que tout le monde ne te saute pas dessus et veuille inhaler ta fumée. Réflexe d'incarcéré. Simplement. La jeune fille qui t'avais répondu en premier (Sinclair) reprend la parôle : « Je te fais chier ? C'est pour ça que tu me capte pas ? » Tu arques un sourcil. Il te semblait avoir clairement rebondit sur ses dires à elle et la marchande de clopes. " Pas encore non. Et je ne vouvoie encore personne non plus donc si tu n'as pas entendu que je te répondais, ça devient de l'ordre du médical " Tu taquines, gentiment. Mais visiblement ça ne passe pas chez tout le monde. L'espèce de rappeuse manquée (Monrose) prend la mouche mais d'un air détaché et faussement dans la maitrise. Tu lèves les yeux ciel. En fait, ça va être moins marrant que prévu d'être entourée d'ado retardés ... Parce que sérieusement : ils avaient quel âge là dans leur comportement ? 14 ans ? Fallait pas leur tenir la main et aller les aider à trouver une maîtresse à qui aller racuspotter ? Parce que non tu ne jouerais pas ce rôle là. Oulaaa, zen les gars. La susceptibilité et l'ego de certains semblent avoir envie de s'exprimer. Alors je vous laisse faire à votre aise et quand la crise sera passée, on se recroisera hein. Parce qu'en attendant, je ne suis pas là pour jouer les psy Tu clignes à l'encontre de Kohl dans un second remerciement tacite et t'éloignes un peu pour aller visiter. Dans ton dos Monrose lâche boudeuse :  « Dommage, un peu plus demeurée t’aurai p’tête été plus intéressante… » Tu lâches un petit rire franc et sincère, pivote juste assez pour répondre par dessus ton épaule : " Ne t'inquiète pas ma chérie, je suis certaine que tu trouvera vite ton bonheur ici ... "
Tu continues ta route, laisses ton regard traîner et croise celui d'un visage que tu n'avais pas encore vu (Weiner). Tu souris simplement et hoches la tête en guise de salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Vassiliev

PSEUDO :
opiaum

AVATAR :
taylor.

CRÉDITS :
avengedinchains.

NATIONALITÉ :
tchétchéno-russe

Messages :
33


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Lun 21 Sep - 0:37

Spoiler:
 

J’ai l’impression d’être entrée dans la troisième dimension. Trop de monde, trop de bruit, trop d’espace. Mon temps d’adaptation est lent et je reste plantée au milieu du hall ne sachant où regarder, où poser fixement mon attention, où aller. Je reste plusieurs minutes en flottement, me délectant presque de ce flottement, de cette perte de prise. J’accroche une réalité toute autre… Différente, changeante et je ne saurais encore dire si ca me plait où non. Au final, son s’habitue à l’enfermement, la solitude. Et, le formatage que l’on subi en prison ne permet clairement pas une immersion facile dans ce qu’on appelle la « vraie » vie. Alors, doit-on s’estimer heureux de n’être qu’entouré de cinglés ayant été enfermés plus ou moins longtemps selon le passage à l’acte ? Dois-je m’estimer heureuse d’être parmi une foule d’inconnus aussi instable et sombre que moi ? Un nouveau et léger soupir s’échappe de mes lèvres entrouvertes avant que la voix précédente ne me parvienne aux oreilles. Je pivote sensiblement pour croiser son regard. Clairement, je la jauge. Je reste stoïque face à sa réponse. Je n’aime pas les gens qui parlent trop de manière générale. Je n’aime pas non plus ceux qui se contentent de réponse courte car, dans ce cas, autant ne pas parler. En fait, je ne dois pas aimer grand monde sinon moi. En fait, il suffit de trouver un juste milieu. D’ailleurs, peu importe que le propos soit fondé ou non, sauf s’il m’intéresse. Néanmoins, là, maintenant, tout de suite, ce n’est pas réellement le cas. La blonde me demande si c’est mieux. « On peut toujours faire mieux » je m’entends répondre d’une voix égale. En réalité, il ne faut pas se contenter d’être juste moyen. C’est ce que l’on m’a mis dans le crâne depuis le développement de mon système nerveux.




~ CLARTÉ BLAFARDE ET SOMBRE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Müller

PSEUDO :
stay gold

AVATAR :
gesaffelstein

CRÉDITS :
peach

NATIONALITÉ :
allemand

Messages :
30


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   Lun 21 Sep - 18:52

bizarrement (ou pas) les filles se cherchent déjà les poux. je ne supporte pas ce genre de personnes qui n'prennent pas le peine d'apprendre à connaitre avant de juger, d'embêter, d'emmerder. je les regarde du coin de l'oeil, curieux et lassé. puis j'attrape rapidement la main que lodde me tend. - müller j'esquisse un sourire sans les dents, c'est beaucoup trop difficile de sourire avec les dents et puis ça sonne souvent faux. - crois-tu qu'elles vont se calmer ? je donne un coup de tête en direction des esclandres. j'ai juste envie de profiter, de sortir dans le jardin et de respirer un vrai bol d'air frais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ◇ prime d'ouverture (20/09).   

Revenir en haut Aller en bas
 
◇ prime d'ouverture (20/09).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MURDER HOUSE :: MANOIR DAWKINS - REZ :: Le hall-