AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 your presence makes me shiver. (24/09, 19h)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Swan

PSEUDO :
ALYEN.

AVATAR :
OLGA KURYLENKO.

CRÉDITS :
ANGEL DUST.

NATIONALITÉ :
UKRAINIENNE.

Messages :
63

Age :
37


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: your presence makes me shiver. (24/09, 19h)   Dim 20 Sep - 23:44

jeudi vingt-quatre septembre, dix-neuf heures. seidel.

C'est en voyant les chevaux présents dans l'enceinte de la propriété que le premier sourire de Swan a éclot. Elle se souvient à peine de la dernière fois qu'elle a mit les pieds dans une écurie et encore moins de la dernière fois qu'elle a monté un cheval. Il ne lui a pas fallut longtemps pour préférer passer ses soirées ici plutôt qu'en compagnie des autres. A peu près une demi-heure, pour être honnête. S'il n'y avait pas autant d'allées et venues, la brune passerait tout son temps ici, n'ayant aucune envie de le partager avec d'autre êtres humains. Il ne lui a pas fallut longtemps pour avoir une préférence, dernier box, seul équin a ne pas l'avoir salué lorsqu'elle est arrivée. Cinq jours après et il renifle toujours en la voyant, lui tirant une nouvelle fois un sourire. Refermant son box après y être entrée, elle laisse sa main à plat, le laissant venir à elle. La brune ignore les souvenirs qui déferlent, se concentre sur sa main flattant une encolure, des naseaux qui frôle son cou, du rire qui lui échappe. Elle en reste presque immobile, de ce son qu'elle avait oublié. - Tu es mon préféré aussi, elle confie notamment tout en le brossant. - Tu veux sortir? Elle demande, l'observant comme pour chercher la réponse et satisfaite, le prépare pour profiter des dernières lueur du jour. La brune s'était habillée en conséquence, contente que son nécessaire d'équitation ait été dans ses bagages. Un éclat de rire brise le silence lorsque celui qu'elle a nommé Thorns lui chatouille le cou, repoussant sa tresse parfaitement exécutée dans son dos. Le roulement d'un caillou la fait sursauter, coupant immédiatement le rire de sa gorge. La brune s'en veut immédiatement d'avoir montré la moindre faiblesse, d'avoir été prise de court mais n'a pas le temps de se flageller, s'occupant du cheval qu'elle a effrayé. - Shh, shh tout va bien, tout va bien. Elle la cajole à mi voix, oubliant cette colère viscérale qui la prend aux tripes, cette voix qui lui impose de reprendre l'ascendant. Elle s'approche petit à petit de Thorns, réussi finalement à le calmer, une main fermement plantée entre ses deux yeux. Seulement après être montée sur sa selle avec la grâce de ceux qui ont exécuté ces mouvements des centaines de fois, elle pose les yeux sur l'inconnu. Un homme, il fallait que ce soit un homme. Sa posture régalé, son regard froid, ses traits neutres, elle ne lui accorde rien de plus. Parfaite thérapie pour ses envies de destruction massive, Thorns la garde calme, avec pour seul objectif d'apprendre à le connaitre. Caressant son encolure, elle le laisse s'habituer à sa présence avant de faire quoi que ce soit d'autre. Elle le sent aussi perturbée qu'elle de l'intrusion et tout deux finissent par lui tourner le dos, complète réjection de sa présence.


wicked witch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Seidel

PSEUDO :
mischief insane.

AVATAR :
jj feild.

CRÉDITS :
lokiddles.

NATIONALITÉ :
autrichien.

Messages :
105

Age :
38


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: your presence makes me shiver. (24/09, 19h)   Lun 21 Sep - 15:07

Les écuries n'était pas l'endroit que Seidel s'était empressé de visiter à son arrivée dans le manoir, autant parce que le lieu en lui-même ne l'avait pas plus attiré que ça, que parce que les chevaux, en règle générale, ça n'était pas son truc. Il n'avait jamais ressenti le besoin de se prendre pour un cavalier de l'Ouest, trôné sur un animal cinq fois plus lourd que lui, qui aurait sûrement épuisé sa patience en un temps record. Le meilleur ami de l'homme s'était longtemps suffi à lui-même en terme de compagnon domestique, et ce même si son père aurait été le premier à apprécier qu'il sorte un peu plus, et prenne notamment exemple sur son aîné, qui avait apprivoisé les chevaux comme il avait apprivoisé le reste du monde. A Bollate, l'occasion lui avait été donnée une fois de plus de s'essayer à ce qui l'avait toujours rebuté, puisqu'en effet, l'une des formations mises à disposition des détenus impliquait d'apprendre à s'occuper d'un cheval pendant trois mois, ce qui n'avait pas manqué d'en séduire beaucoup. Mais pas lui, non. Et cette idée ne l'emballait pas davantage maintenant qu'il était ici, à l'entrée de ces écuries, et qu'il pouvait même apercevoir une femme, près d'une de ces bêtes. Presque étonné d'y trouver quelqu'un en ce début de soirée, qui plus est une fille taillée comme un cure-dent, l'autrichien resta quelques instants en retrait, à simplement l'observer de là où il se trouvait. Il crut l'entendre murmurer quelques mots à l'animal, ce qui dessina sur ses lèvres une esquisse moqueuse, qui ne mit cependant pas longtemps à s'atténuer, lorsque la brune se hissa sur la bête. Là, il fut forcé d'admettre qu'elle osait là où il s'était toujours contenté de prétendre que ça n'était pas pour lui. Alors il abandonna l'idée de juger qui que ce soit, et préféra avancer de quelques pas, finissant par croiser le regard de la jeune femme. Mais celle-ci ne lui accorda pas plus de quelques secondes d'attention, à l'issue desquelles l'animal et elle lui tournèrent le dos. Loin de s'en formaliser, Seidel saisit cette occasion pour l'accoster. « Tu devrais descendre. » C'était un constat, un conseil aussi en quelques sortes, mais rien qui ressemble de près ou de loin à un ordre, ça va de soi. Il avait simplement jugé préférable d'amorcer la conversation de cette façon, préférant les remarques spontanées aux politesses. « C'est nerveux, ces bêtes-là. » Il ne pouvait prétendre en être intimement sûr, mais il se souvenait de ces fois où son frère était rentré blessé du centre équestre, et où il avait plus ou moins découvert sa capacité à s'inquiéter pour les autres, ou en tout cas pour lui. « Remarque, c'est peut être pas le moins commode des deux. » Ces quelques mots, il les avait ajoutés de son ton neutre habituel, sans même chercher à prétendre qu'il pouvait s'agir d'une taquinerie, puisque ça n'en était pas une. Il se contentait de livrer le fond de sa pensée, et ce que lui avait inspiré le fait qu'elle ait semblé à ce point agacée par son arrivée. Car non, ça ne lui avait pas échappé.


i was calm on the outside,
but thinking all the time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Swan

PSEUDO :
ALYEN.

AVATAR :
OLGA KURYLENKO.

CRÉDITS :
ANGEL DUST.

NATIONALITÉ :
UKRAINIENNE.

Messages :
63

Age :
37


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: your presence makes me shiver. (24/09, 19h)   Lun 21 Sep - 22:18

Elle ne devrait pas tenir sa masculinité contre lui mais le fait quand même. Incapable de saisir une allusion aussi simple que la sienne, il est pourtant clair qu'elle ne compte pas lui parler. Ni même lui accorder la politesse de reconnaitre sa présence. Swan ne sait si cela tient du fait qu'elle soit une femme ou qu'il soit simplement stupide mais sa présence l'irrite de plus en plus. Non pas que sa posture lui laisse penser cela. D'un mouvement habile, elle ordonne à Thorns de faire demi-tour, il s'exécute et Swan porte un regard critique sur le brun. Il se permet de lui donner des ordres pour toute parole et la brune passe une main dans la crinière du cheval pour toute réponse. Comme pour compatir avec lui, comme pour lui assurer qu'elle pense qu'il est idiot aussi. Un ricanement quitte ses lèvres à l'entendre parler des chevaux. Il a peur. Bien, elle pense Swan, elle ne risque pas de le croiser ici souvent. Réajustant sa veste et retirant un cheveux gâchant l'intégrité du tissu, elle s'apprête à partir, très peu désireuse de partager sa compagnie plus longuement mais s'arrête en plein geste. Peut-être, peut-être qu'il n'est pas aussi stupide qu'il n'en a l'air. Un sourire carnassier ourle ses lèvres, seul signe qu'elle a en effet entendu ses mots. D'un mouvement du pied, elle invite Thorns à s'avancer de l'intrus et s'arrête près de lui, déçue de ne pas le voir plus mal à l'aise. Reculant sur la selle, ses pieds quittent les étriers et une main est étendue vers le brun. Invitation muette, défi clairement annoncé. Il a peur, elle se complait dans son ignorance. Loin de désirer l'instruire, à moitié persuadée qu'il est irrécupérable, Swan souhaite simplement le voir suer. Cela fait longtemps, trop longtemps que l'on n'a pas frissonner à l'idée de se retrouver dans son passage.


wicked witch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Seidel

PSEUDO :
mischief insane.

AVATAR :
jj feild.

CRÉDITS :
lokiddles.

NATIONALITÉ :
autrichien.

Messages :
105

Age :
38


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: your presence makes me shiver. (24/09, 19h)   Mar 22 Sep - 20:10

S'il y avait bien une chose que l'autrichien avait pour lui, c'était de ne jamais s'être voilé la face quant à l'image qu'il renvoyait aux autres. Le fait est qu'il ne dégageait pas une joie de vivre implacable, et qu'en plus de sourire tous les trente-six du mois, le ton sur lequel il s'adressait aux autres laissait parfois penser qu'il préférerait se faire arracher toutes les dents que de rester à papoter. Et pourtant, depuis qu'il avait fait l'expérience de la prison et qu'il avait observé combien les interactions sociales pouvaient y être limitées, et malgré tout inévitables, il avait tendance à vouloir se rendre un peu plus sympathique, pas seulement pour les autres, mais aussi pour lui. Ici, en revanche, la jeune femme qu'il avait surprise près d'un des chevaux des écuries semblait avoir rejetée l'idée de lui laisser sa chance à la seconde où il était apparu dans son champs de vision. Semblant agacée par l'arrivée de l'autrichien, elle ne le toléra que l'espace de quelques secondes, celles qui suivirent le moment où elle se hissa en haut de la bête. Ce fut alors l'occasion pour Seidel de l'accoster, pas parce qu'il tenait absolument à initier un échange en dépit du fait qu'elle ne semblait pas le vouloir, mais plutôt pour l'avertir. Elle semblait plus informée en matière de chevaux qu'il ne le serait jamais, mais il avait toujours inconsciemment associé ce genre de bêtes à la notion de danger, raison pour laquelle il crut bon de lui conseiller d'en descendre. Puis il ajouta quelques mots, comme pour s'amuser du dédain qu'elle semblait lui témoigner. Rien de bien méchant, juste de quoi attirer son attention. Et il semblerait qu'il y soit parvenu, car après quelques instants, l'animal s'approcha de lui et la jeune femme entreprit un manège qu'il aurait pu voir arriver de loin, mais qui le déstabilisa quand même légèrement. Ainsi c'est une grimace un peu crispée qu'il afficha lorsqu'elle lui tendit une main. « C'est ta façon de finalement m'accorder un peu d'importance ? » Il la scruta quelques instants, sans forcément attendre une réaction de sa part, puis soupira légèrement. Il n'était pas dans sa tête, mais il supposait qu'elle le mettait au défit à travers cette invitation qui n'avait certainement rien de très courtois. Alors, étant prêt à jouer le jeu si ça pouvait lui permettre de la cerner un petit peu, il prit sur lui. Un peu hésitant, il utilisa la force de ses bras et agrippa un bout de la selle au moment de placer l'un de ses pieds dans l'étrier. Il fit ensuite basculer son autre jambe de façon à enfourcher l'animal, manquant de retomber de l'autre coté sous le coup de la force qu'il s'était donné, puis ne bougea plus. Il était à présent assis devant elle, signe qu'il était parvenu à s'en sortir, mais uniquement parce qu'il l'avait vu faire l'instant d'avant. « Et maintenant ? » L'autrichien s'adressa à la candidate sans même tenter de se tourner vers elle pour la dévisager, aussi bien parce qu'il ne voulait pas prendre le risque d'énerver l'animal en gesticulant, que parce qu'il ne tenait pas à ce qu'elle constate à quel point il avait pu avoir la trouille, et à quel point il l'avait toujours à vrai dire.


i was calm on the outside,
but thinking all the time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Swan

PSEUDO :
ALYEN.

AVATAR :
OLGA KURYLENKO.

CRÉDITS :
ANGEL DUST.

NATIONALITÉ :
UKRAINIENNE.

Messages :
63

Age :
37


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: your presence makes me shiver. (24/09, 19h)   Mar 22 Sep - 23:06

Il ne se démonte pas et ça l'intrigue à la brune. D'une façon purement scientifique, il ne risque pas d'allumer quoi que ce soit en elle, certainement pas de l’intérêt. Peut-être qu'elle peut jouer avec pour un petit moment. Peut-être qu'il ne se cassera pas tout de suite. Son silence ne semble pas le déranger plus que ça, fait irritant en soit. Elle aime simplement prendre les gens du mauvais pied, si elle est obligée d’interagir avec eux. Elle n'est pas stupide Swan, elle sait très bien qu'à un moment donné, il va lui falloir se frotter à la foule si elle caresse l'espoir de gagner. Et fait bien plus que le caresser, cet espoir, elle le nourrit, le cajole, le convoite. S'il lui faut pour cela condescendre à se "lier" avec eux, ainsi soit-il. Elle ne compte simplement pas commencer maintenant et certainement pas avec lui. Pour autant, le défi est lancée et un sourire manque de s'étendre. - Non. Elle répond simplement, penchant légèrement la tête, un sourcil levé. Qu'il ne se fasse pas d'idée, si son intérêt est vaguement piqué, son importance n'a pas augmenté. Le silence a cette capacité de déstabiliser l'être humain de manière bien plus efficace que quelques insultes placées ci et là dans une conversation. Elle s'en sert, comme de tout, telle une arme toujours chargée. Ce n'est pas un mode de vie et certainement pas un manque de conversation. Un sourire grâce finalement son visage lorsqu'il entreprend de monter à son tour Thorns. Loin d'être impressionnée, elle en reste tout de même un tant soit peu étonnée. Un homme avec du cran, on ne peut pas dire qu'elle en a croisé beaucoup. Bien. On ne peut pas dire qu'il soit d'une grâce particulière mais au moins, il a réussi à monter et du premier coup. Avec elle déjà en selle, ce n'était pas gagné. Elle n'a pas esquissé le moindre mouvement, le laissant se redresser seul et prendre place sur la selle. Tapant ses jambes pour lui indiquer de quitter les étriers, elle replace ses pieds. - Les rennes. Elle demande, les bras passé autour de son passager, ouvrant et refermant la main, faisant fi de la politesse de base. - Et maintenant on bouge. Se décalant légèrement vers la droite, elle arrive à voir par dessus son épaule et se glorifie une fois encore de sa taille. - Fais attention, c'est nerveux ces bêtes là. Elle murmure à son oreille, un sourire étirant ses lèvres, laissant le cheval partir au pas. Guidant à peine Thorns, elle le laisse rejoindre le chemin le plus accessible, sentant le brun se crisper contre son corps. - Les chevaux sont plus intelligents que la plupart humains. Bien plus loyaux. Elle laisse glisser, simplement pour instruire l'inconnu. - Ils sentent le moindre changement de ton corps, le moindre changement d'humeur. Pour justifier ses propos, d'un mouvement de pied, le cheval passe au trot, les laissant encore plus en contact. - Et tout aussi capable que les femmes de castrer le premier homme venu. Elle termine, l'air de rien mais tout à fait consciente que la tenue non adaptée doublé de sa position sur la selle va irriter certaines parties intimes.


wicked witch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Seidel

PSEUDO :
mischief insane.

AVATAR :
jj feild.

CRÉDITS :
lokiddles.

NATIONALITÉ :
autrichien.

Messages :
105

Age :
38


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: your presence makes me shiver. (24/09, 19h)   Mer 23 Sep - 3:42

Il était assez rare qu'il soit confronté à un mépris entièrement gratuit, qui ne résultait pas d'un mot maladroit qu'il avait pu prononcer, ou d'un geste malheureux qu'il avait pu entreprendre. Et bien qu'il n'ait pas l'intention de se formaliser du fait qu'elle semble s'être fait un avis sur sa personne en un quart de seconde, il est vrai que l'idée d'être condamné sans l'avoir apriori mérité, ça ne l'enchantait pas tellement. Pourtant, alors qu'il avait tenté d'initier un échange et s'était heurté à l'indifférence la plus totale de cette femme hissée sur une bête pas beaucoup plus chaleureuse, voilà qu'il les vit toutes deux s'approcher de lui, comme si sa camarade était subitement disposée à accepter sa présence, ou tout du moins à la tolérer. Mais à l'entendre, ce revirement de situation ne signifiait pas qu'il avait gagné la moindre importance à ses yeux, ce qui fit naître sur ses lèvres un léger sourire, à la fois amusé et doucement résigné. « Ça a le mérite d'être franc. » Et bien qu'il s'agisse du premier mot qu'elle daigne lui adresser, il était d'ors et déjà persuadé que la franchise la connaissait, et sûrement pas qu'un peu. Et c'est justement avec l'espoir de parvenir à la cerner que l'autrichien se résolut à accepter l'invitation qu'elle lui avait indirectement adressé, celle de monter la bête à son tour. C'est donc ce qu'il entreprit de faire, avec bien moins de facilité qu'elle, mais sans pour autant provoquer de catastrophe. Inconsciemment, il avait probablement voulu donner le meilleur de lui-même, pour éviter de lui donner un prétexte pour se foutre de lui, bien sûr, mais aussi pour lui prouver qu'il ne comptait pas nécessairement rester sur ses a prioris. Une fois installé devant elle, il la sentit désireuse de reprendre les rennes – dans tous les sens du terme – et les lui passa alors, avant de s'en amuser légèrement. « Je me disais bien que tu pouvais pas être aussi inconsciente. » Il disait ça par rapport à ce qu'il avait pu laisser entendre tout à l'heure, au sujet du danger que pouvait représenter une bête comme celle-ci, et parce que le laisser guider l'animal, c'aurait été le meilleur moyen de provoquer un accident. Sa camarade, en tout cas, ne se priva pas du plaisir de faire écho à ses propos, elle aussi, ce à quoi il répondit par un léger éclat de rire, plutôt ironique, avant de se voir offrir un cours particulier sur la psychologie des chevaux, et de grimacer sous le coup de l'accélération de l'animal. « Être une véritable éponge, moi j'appelle pas ça être intelligent. » Il avait toujours considéré l'empathie comme une tare, et n'avait jamais porté en estime les personnes qui compatissaient excessivement aux ressentis des autres. Son frère était un peu comme ça, et c'est ce qui les avait toujours opposés. « Je voulais pas d'enfants, de toute manière. » Il avait ensuite ajouté, après qu'elle en ait profité pour placer un habile commentaire. Ce n'était pas entièrement vrai, pas dans un sens en tout cas, mais elle paraissait trop fière pour qu'il consente à lui avouer le contraire. « Vous semblez faire une sacrée équipe, en tout cas. Je serais même pas étonné que vous ayez comploté contre moi. » Il n'était toujours pas très à l'aise, alors il dédramatisait la situation comme il le pouvait, disons. Car s'il se concentrait uniquement sur l'allure à laquelle ils avançaient, il se laisserait complètement paralyser par sa frousse. « Alors, comment je m'en sors ? » Il tenta cette fois de tourner légèrement la tête, dans l'espoir de croiser son regard. Tout ça avait beau lui causer bien de l'inquiétude, il s'efforçait de prendre sur lui et estimait qu'elle pouvait au moins lui reconnaître ça. « Pour un homme, je veux dire. » Ces mots-là, il les avait ajouté après coup, en repensant à son attitude, et en croyant deviner que le problème en soi, ça n'était pas tant lui que les hommes en général. Peut être avait-il à faire à une féministe dans toute sa splendeur, ou juste à une femme échaudée. Dans un cas comme dans l'autre, il aimerait autant ne pas payer pour tout le monde, mais ça il se garderait bien de le dire.


i was calm on the outside,
but thinking all the time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Swan

PSEUDO :
ALYEN.

AVATAR :
OLGA KURYLENKO.

CRÉDITS :
ANGEL DUST.

NATIONALITÉ :
UKRAINIENNE.

Messages :
63

Age :
37


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: your presence makes me shiver. (24/09, 19h)   Mer 23 Sep - 22:35

Elle acquiesce son acceptation mais n'ajoute rien d'autre. Parfois le silence est aussi percutant qu'une réponse. Elle le laisse s'habituer au pas mais son corps rigide lui apprend tout ce qu'elle pourrait avoir de savoir sur son mal-être. - Tu n'as jamais été amoureux. Elle constate simplement à l'évocation de son éponge. L'empathie est quelque chose qui a toujours échappé à Swan jusqu'à Rose. A ce jour, c'est bien la seule à avoir éveillé des sentiments positifs en elle. Ou même un semblant d’intérêt. Et c'était la chose la plus intelligente qu'elle ait jamais fait. - Pourquoi? Sa question résonne doucement entre les arbres, légère curiosité perçant ses mots. Il est rare de croiser un homme de son âge ne cherchant pas à fonder une famille. Un vague sourire éclaire ses traits, il est vrai qu'ils feraient une bonne équipe. - Je n'ai pas besoin de Thorns pour comploter contre toi. Que les chose soient claires, même si la présence du cheval ne rendrait que les choses plus intéressantes. Et c'est probablement la seule chose qui le sauve du galop qu'elle lui aurait imposé et de la chute qui aurait suivit, Thorns. Blesser l'animal n'était pas dans ses projets. Un rire sans joie se fait entendre alors que Swan secoue légèrement la tête. - C'est bien une tare masculine, de penser que le monde tourne autour de vous. Rien dans son attitude jusqu'à présent n'a pu lui faire penser que son problème avec lui était son sexe. Si ce n'est la réflexion sur la castration mais vraiment, c'était facile. - Comment tu t'en sors? Elle répète la question, prenant quelques secondes pour y penser. - Tu es monté sur un animal que tu ne maitrises pas, avec une personne que tu ne connais pas et qui aurait pu commettre un génocide à elle toute seule. Sans porte de sortie, sans plan b, probablement sans plan a. La curiosité n'est pas qu'un vilain défaut, c'est une cause courante de décès prématuré. Elle met de côté le fait qu'ils sont tous coincés en prison, ça coule de source après tout. Quoi qu'elle dise, elle doute que cela change quoi que ce soit chez lui, non pas que ça lui importe. Qu'il aille se faire trucider dans un coin si ça lui chante, ce n'est pas elle qui risque de le pleurer. - Pourquoi tu es monté? Son ton est à peine intéressé, concentrée qu'elle reste sur le cheval et le demi-tour qu'elle lui fait faire. La brune a épuisé son potentiel patience et n'a qu'une envie, se débarrasser de son passager.


wicked witch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Seidel

PSEUDO :
mischief insane.

AVATAR :
jj feild.

CRÉDITS :
lokiddles.

NATIONALITÉ :
autrichien.

Messages :
105

Age :
38


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: your presence makes me shiver. (24/09, 19h)   Jeu 24 Sep - 23:41

A présent qu'il était sur ce cheval, l'autrichien était forcé d'admettre que bien que ce ne soit pas la situation la plus confortable dans laquelle il se soit jamais retrouvé, ça n'était pas non plus l'expérience traumatisante qu'il s'était longtemps imaginé. Et bien que sa camarade ne soit pas particulièrement agréable, il fallait admettre qu'elle semblait expérimentée, mais aussi consciente qu'il valait mieux ne pas prendre le moindre risque, à la façon qu'elle eut de rapidement récupérer les rennes. L’autrichien se serait cependant bien passé du petit cours qu'elle lui dispensa sur la psychologie équine. « Je n'ai pas dit qu'il ne m'arrivait jamais d'être idiot. » C'est dans un léger sourire qu'il avait réfuté la déduction de la brune, qui pour le coup avait peut être tiré des conclusions un peu hâtives. Des femmes, il en avait aimées. Pas toujours de la bonne façon, pas toujours assez, et le plus souvent en secret. Et aujourd'hui il y avait Livia, avec qui un certain nombre de choses avaient été faussées dès le départ, mais qui au fil du temps était devenue tout ce qu'il lui restait. A la suite, il haussa doucement les épaules. « Quand tu te retrouves à l'ombre pour un moment, t'as le temps de te poser les bonnes questions. » Et lui, il s'était fait la réflexion qu'un type dans son genre, qui pouvait se mettre dans de pareilles galères, ferait peut être mieux de passer son tour. Livia se sentait probablement trop jeune pour faire un enfant, et lui à l'inverse, il avait peut être laissé passer des occasions à ce niveau-là. Sa camarade semblait en tout cas s'être trouvé un acolyte en la personne du cheval. D'ailleurs, sa remarque l'amusa légèrement. « Thorns, c'est le petit nom que tu lui donnes ? Vous êtes déjà intimes, à ce que je vois. » Il ne voyait pas l’intérêt de rebondir sur le reste, ça n'était pas comme s'il doutait encore du fait qu'elle s'était fait une mauvaise opinion de lui à la seconde où elle l'avait aperçu. Une mauvaise opinion qui n'avait soit-disant rien à voir avec son sexe. « C'est vrai, d'ailleurs je suis sûr que si ça n'était pas moi mais une nana qui s'était pointée, tu te serais montrée tout aussi chaleureuse. » Son ton démontrait aisément qu'il n'était pas convaincu, et pour cause, il estimait ne pas lui avoir donné de raison légitime de lui porter du mépris. « Ou alors, c'est physique. Je te rappelle peut être un oncle qui t'offrait jamais de cadeaux à Noël, ou un ex-fiancé qui t'a largué devant l'autel. » Cette fois, son ton se faisait plus ironique, car il ne croyait pas particulièrement à cette hypothèse. Finalement, la jeune femme profita du fait qu'il lui demande de juger sa performance pour insister lourdement sur les risques qu'il avait pu prendre. « C'est mes parents, ils ont pas du suffisamment me répéter de pas « monter » avec des inconnus. » Ses lèvres affichèrent un sourire légèrement moqueur, car bien que tout ça ne soit pas facile à gérer, il n'estimait pas pour autant avoir mis sa vie en danger en montant sur ce cheval. « Surtout qu'entre nous, j'ai plus peur de la bête que de sa dresseuse. » Elle était caractérielle, ça il n'en doutait pas une seconde. Mais de là à craindre qu'elle lui fasse personnellement regretter son audace, non, quand même pas. Ou alors, c'est qu'elle était plus nerveuse encore qu'il se l'imaginait. Quant à savoir pourquoi il était monté, eh bien … « Je sais pas, je crois que je me suis dit que j'avais rien à perdre. Que si ça se passait bien, j'aurais pas perdu mon temps et j'aurais appris quelque chose. Et que si ça se passait mal, je t'aurais donné une vraie bonne raison de me juger, cette fois. » Une bonne raison de l'avoir dans son collimateur, bien que jusqu'ici, elle n'en ait pas vraiment eu besoin. Disons qu'il aimerait autant que son dédain soit un peu plus légitime, voire qu'elle fasse progressivement l'effort d'apprendre à le connaître. « Et toi, pourquoi t'as voulu que je monte ? » Il ne savait pas vraiment s'il faisait bien de poser la question, mais puisque l'heure était aux confidences, autant en avoir le cœur net. « Sûrement pas par bonté d'âme ou pour profiter de ma compagnie. » Il imaginait plutôt qu'elle l'avait incité à monter pour des raisons nettement moins honorables, s'étant probablement dit qu'elle ne devrait pas avoir trop de mal à le traumatiser.


i was calm on the outside,
but thinking all the time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: your presence makes me shiver. (24/09, 19h)   

Revenir en haut Aller en bas
 
your presence makes me shiver. (24/09, 19h)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MURDER HOUSE :: MANOIR DAWKINS - EXTERIEURS :: Les ecuries-