AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 dazzle ~ kennedy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Sinclair

PSEUDO :
pvtti smith

AVATAR :
emily bador

CRÉDITS :
peach

NATIONALITÉ :
anglaise et malaisienne

Messages :
168

Age :
20


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: dazzle ~ kennedy   Lun 21 Sep - 0:03

lundi vingt et un septembre à onze heure trente cinq.
Pas de lit à partager, c'est parfait. Y avait cette crainte là de devoir se faire à l'idée de partager son lit avec quelqu'un qui a commit un crime dont tu sais rien. Mais tu sais qu'il est là le crime. J'arrive pas à me sortir ça de la tête et a imaginer dans quelle situation ils ont put se fourrer les uns et les autres pour finir entre quatre murs. J'ai l'impression d'être la seule que sa obsède pendant que d'autre se demande quelle sorte de confiture ils vont mettre sur le pain beurré. Ils sont aveuglé par le luxe dans lequel on se retrouve. Et c'est pas bon, c'est pas une bonne chose. C'est qu'une façade pour l'émission, mais dans le font je suis sûre qu'ils auraient bien aimé nous mettre dans des cages plutôt qu'un manoir. Je fais des choses bizarres ici, peut être plus que d'habitude. Je vole, je subtilise des couteaux, des objets qui piquent, qui trouent pour les foutre sous mon matelas. Comme si j'étais encore en taule, parce qu'on est encore en taule. Là encore c'est le couteau pour le beurre que je met dans la poche de mon jean quand je me sert de manière innocente une bonne dose de café, dans un mug cinq étoile. Tout est rutilant, c'est trop bizarre. J'évolue de manière étrange ici, je sais pas trop quoi faire. Parce que j'ai peur de pas y être autorisé. Alors je reste devant la porte comme une conne à me demander si j'ai le droit de sortir, ou bien s'il y a des heures pour ça. Et puis y un type qui me passe devant sans trop me voir, pousse la porte et sort librement sans rien demander à personne. Je reste conne, à regarder derrière moi au cas où ma cavalerie arrive. Mais personne. Alors je pousse la porte à mon tour et m'engouffre presque timidement dans le reste de la propriété. Ok, je suis dehors, mais pas comme d'habitude, entourée d'un mure de grillage. Enfin si, j'imagine qu'il y a un grillage mais on le voit pas. On a l'impression de pouvoir aller où on veut. Et le moi cynique se dit que c'est encore une belle connerie. De nous foutre en liberté, un semblant de liberté pour mieux nous contrôler. L'astuce vieille comme le monde de la carotte pour faire avancer un âne. Et c'est nous les ânes putains, je crois qu'on est entrain de se faire avoir en beauté. Parce que ceux qui vont retourné en prison, ils vont se faire démonter. Pour avoir eut le droit à ce beau jardin, cette jolie fontaine et cette roseraie dans laquelle je m'enfonce, suivant l'ombre furtive du type qui m'a précédé. Faut gagner ce jeu, parce que perde ça veut dire que de la merde. Je shoot dans un cailloux qui traîne venant perturbé la perfection au carré de l'endroit qui n'a rien de naturel, tout de l'artificiel humain. Je préfère cent fois les paysages de Malaisie a la nature grandiloquente des Lord anglais. L'ombre à disparut, je hausse les épaules. Tant pis. Toute façon je le suivais pas pour faire la conversation, je le suivais juste pour pas être toute seule comme une conne. Je baisse ma garde, assez longtemps pour me surprendre quand il apparaît subitement en face de moi. Réflexe de la fille siphonné, je sors vivement mon couteau à beurre et commence à le menacer avec. Enfin ça c'était avant de me rendre compte du stupide de la situation, je baisse le bras et soupire. « T'as de la chance, j'ai hésité avec le couteau à steak tout à l'heure. » Ce qui n'est pas forcément vrai, mais ça fait peut être un peu moins conne qui croyait pouvoir blesser avec ce petit couteau rond. Et vu que t'as pas trop de conversation comme fille et que tu le regarde comme s'il allait se charger de tout ça, bah... y a plus un son qui sort de ma bouche.


THEY SAY I'M MENTAL

“but i'm just confused ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kennedy

PSEUDO :
absolut blank

AVATAR :
david prat

CRÉDITS :
shouu

NATIONALITÉ :
irlandais

Messages :
18


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: dazzle ~ kennedy   Mar 22 Sep - 2:22

Je crois qu’on ne possède pas tous les mêmes capacités d’adaptation. De mon côté ça se passe plutôt bien, mais il y a ce truc chez-moi qui fait que je donne toujours l’impression d’être à ma place. Ce n’est peut-être pas tout à fait vrai. On s’en fout, mais ça me fait marrer. Au final, je resterais un mystère pour la plupart d’entre eux. Pas la peine d’essayer de creuser, je ne leur cèderais jamais la pelle pour tenter de me sonder, parce que c’est ainsi que je fonctionne. Je sais ce qui marche, ce qui impressionne et je suppose que l’aventure ce sera ça. Si tu restes dans ton coin comme un animal craintif, tu n’as pas ta place à l’extérieur. Si t’agis comme si tu étais déjà libre, ça envoie un message différent malgré le cynisme latent de la situation. Ici, t’es plus enfermé qu’ailleurs. Pas de porte de sortie, la postérité à jamais avec le crime commis inscrit à la fin du jeu au fer rouge sur le front depuis qu’on a accepté de le céder à la production. Aucun moyen de feinter, de se cacher. Je sifflote avec ma tête de connard de base qui se sent trop bien dans ses pompes depuis que ses geôliers sont restés de l’autre côté de la côte. Je vois une meuf qui s’attarde devant la porte et c’est justement elle qui me donne envie d’en faire des tonnes pour bien assurer mon entourage de mon assurance et par conséquence de la quasi-logique du fait que je me retrouve à quelques mois de ma mise en liberté anticipée. Je ne veux pas lui ressembler, parce que je la trouve trop conne à rester plantée sur place comme une attardée. Je passe la porte, dévale les quelques marches du perron pour me laisser guider dans le jardin comme si je savais pertinemment où j’allais. Je n’en ai aucune idée en réalité et je finis au pays des merveilles où il n’y a que des fleurs de gonzesses. Je navigue, flâne tranquillement au milieu des roses qui sont dieu merci rouges, m’assurant ainsi du peu de probabilités de trébucher sur une tête coupée en chemin. Je m’enfonce, alerte au moindre bruit et je ne tarde pas à sentir une présence désagréable qui semble me coller aux fesses. J’accélère, ça accélère. Je tourne à droite, ça tourne à droite. Merde, je ne pensais pas être si lapin que ça pourtant. Je bifurque brusquement derrière un buisson pour laisser mon Alice personnelle rattraper son retard et quand je suis sûr qu’elle est revenue à ma hauteur, je débarque de ma cachette comme un con. Je suis à deux doigts de pousser une exclamation moqueuse pour souligner le fait que la gueuse me suivait, m’irritant les nerfs tout comme elle flatte mon ego de mâle dominant. Sauf que la nana, avant même que je n’aie eu le temps de l’ouvrir, elle sort un couteau de nulle part. Je sursaute, parce qu’en général en taule quand quelqu’un sort ce genre d’instrument de sa poche, ça n’annonce jamais rien de bon. J’ai l’instinct de survie exacerbé derrière mes grands airs et je crois bien que je dois avoir l’air d’un abrutit pendant quelques secondes avant de retrouver de ma superbe lorsqu’elle se décidé à ranger son jouet. « J’avais commandé une geisha, plutôt qu’un ninja à la base. » Enfin une nana asiatique, quoi. Genre une thaïlandaise ou peu importe le panel mis à disposition dans ce modèle. Peut-être que je devrais me la fermer. Son couteau, il a un bout rond, mais ça n’en fait pas non plus un ustensile purement inoffensif, d’autant qu’elle a l’air un peu barge sur les bords cette nana. « Pourquoi tu me suivais ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sinclair

PSEUDO :
pvtti smith

AVATAR :
emily bador

CRÉDITS :
peach

NATIONALITÉ :
anglaise et malaisienne

Messages :
168

Age :
20


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: dazzle ~ kennedy   Mer 23 Sep - 19:02

On fait tous des trucs machinalement, en suivant le rythme de ses pensées. C'est là qu'on se retrouve à se couper un bout de doigt quand on fait la cuisine, ou qu'on se renverse un peu de café sur les mains en le versant dans la tasse.. parce qu'on était trop occupé à regarder le voisin qui sort de sa voiture. Tu sais le genre de truc que t'as pas le temps de faire en prison. Parce que paradoxalement t'as que ça à faire de penser. Alors quand t'as enfin une putain d'occupation, tu la fais bien et tu penses qu'à ça. Même quand tu te retrouve en binôme avec la petite nouvelle au grands yeux bleus. Là je retrouve ces conneries là, des trucs habituels que tu sais sans réellement t'en rendre compte. Piquer un couteau pendant que tu penses à cette aventure de débile. Suivre un mec parce qu'il te décrit un chemin plutôt sympa et que t'as la flemme de chercher pas toi-même. Pas vraiment la flemme, c'est surtout que mes pensées sont accroché ailleurs, alors je m'en rend pas vraiment compte. Je suis donc hyper surprise quand je le retrouve sur mon chemin. Enfin je savais qu'il était là, mais j'avais cru comprendre qu'il était plus vraiment là justement. Alors je sursaute comme une débile et je dégaine le couteau. Ça me rappelle des situations merdiques toutes tendues, ou t'as le cœur qui se barre en couille. Mais habituellement je suis pas celle qui tient le couteau. Je me rend compte que c'est débile, parce que bon.. il est pas là pour me tuer. Enfin je sais pas, après tout... on ne sait jamais. Mais surtout que le couteau à beurre on peut trouver mieux comme instrument de torture. J'imagine que ça se fait quand même... Avec plus de temps, par contre là j'ai pas la patience. Je sens qu'il a flippé, normal, mais ça change quand même de sa gueule de connard qui se prend pour le duc de ce manoir. Non mais sérieusement vous l'avez vu se trimbaler dans le jardin comme si c'était le sien ? Genre je vérifie que le jardinier il a bien fait son job. Bon j'avoue que je suis presque désolée pour lui, ça doit pas être facile de flipper comme ça, devant une nana. « J'ai l'air japonaise ? » Je lui demande brutalement quand il parle de Geisha. Ouais bon on me l'a faite cent fois, même si bon j'ai quand même plus la gueule de l'occidentale que de l'orientale. Contrairement aux petits frères. « Je sais pas, je me suis dis que tu voudrais peut être que je te suce ? » Je lui réponds, normal. Genre sur le ton de la conversation, je cligne un peu des yeux, mord l'intérieur de ma joue. « Bah ouais, ça doit faire longtemps non que t'as pas vu autant de nana ? » Je suis quand même sympa de proposer.


THEY SAY I'M MENTAL

“but i'm just confused ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kennedy

PSEUDO :
absolut blank

AVATAR :
david prat

CRÉDITS :
shouu

NATIONALITÉ :
irlandais

Messages :
18


INFOS DU RÉSIDENT
CAGNOTTE: 10 000£.
CRIME: non découvert.
SOCIABILISATION:

MessageSujet: Re: dazzle ~ kennedy   Sam 26 Sep - 0:15

Elle me demande si elle a l’air d’être japonaise et machinalement, pour faire chier, je commence à hocher la tête avec mon sourire de branleur qui veut tout dire. Je me fous de sa gueule. Exprès. Je ne fais même pas semblant. Elle n’a pas l’air si asiatique que ça. Je n’y connais rien, pour moi la population de la Chine, du Vietnam ou du Cambodge, c’est toujours la même chose, bien que je sache pertinemment que c’est une connerie monumentale. Je ne suis pas con, mais j’y joue par commodité et pour m’éviter les sujets ou mon peu d’éducation pourrait me faire défaut. C’est une étiquette. Un truc qui se plaque sur ton front et que tu ne peux plus décoller parce que la manière dont les autres te perçoivent, ça fait absolument tout et plus d’une fois on m’a considéré comme un plouc de prolétaire. En attendant, je me demande bien ce qu’elle a à me coller au cul de la sorte. Je demande et sa réplique me laisse éberluer pendant quelques secondes. Là, mine de rien elle vient un peu de confirmer tous mes doutes à propos de la cause centrale des peines qui régissent les prisons pour femme. Racolage. Une fellation et bientôt elle va venir me réclamer mes clopes ou toute autre sorte de payement en dédommagement de son offre. Quant à savoir depuis combien de temps je n’ai pas vu de filles, j’ai atteint un stade où je vis plutôt convenablement mon sevrage sexuel, peut-être parce que j’ai une femme à l’extérieur et surtout parce que je me suis définitivement fait à l’idée en étant exclusivement entouré d’hommes que je devais mettre un peu en pause mes hormones. « Et c’est combien ? » je demande en retenant mon rictus qui menace de se dévoiler à mademoiselle la pute en CDD dans l’émission en attente de son élimination. « Tu fais crédit ? » Un peu comme quand tu vas à l’épicier du coin, à moins que ça fonctionne différemment. Je crois qu’elle se fout autant de ma gueule que je le fais avec la sienne. J’espère. Parce qu’autrement, la petite, elle n’a strictement rien capté à la magie de la télévision. Elle ne regardait pas de dessins-animés quand elle était môme ? Dans les histoires pour gamins que je suis obligé de me coltiner en tentant de tenir mon rôle de père, les gonzesses ne se laissent jamais enculer lors de la préface du conte. Il faut un peu laisser passer la relation, diffuser intelligemment l’avancement des choses et faire monter une tension sexuelle factice pour enrober tous les frustrés se trouvant de l’autre côté de l’écran. « Parce qu’autrement, je crois bien que je vais être obligé de décliner la proposition. » Quel dommage…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: dazzle ~ kennedy   

Revenir en haut Aller en bas
 
dazzle ~ kennedy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MURDER HOUSE :: MANOIR DAWKINS - EXTERIEURS :: La roseraie-